•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Écoles francophones en N.-É. : le nombre d'élèves augmentera considérablement selon le CSAP

Autobus scolaire
Radio-Canada

La population des écoles anglophones dégringole en Nouvelle-Écosse, mais c'est la tendance inverse qui s'observe du côté francophone.

Le nombre d'élèves inscrits dans les écoles francophones pourrait augmenter considérablement au cours de la prochaine décennie selon les plus récentes prévisions du Conseil scolaire acadien provincial.

« C'est très intéressant quand même. Au cours des dix dernières années, on a augmenté notre population étudiante de 18% au CSAP. Le conseil anglophone va diminuer en moyenne de 15% », explique Darrell Samson, directeur général du Conseil scolaire acadien provincial. 

Darrell SamsonAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Darrell Samson, directeur général du Conseil scolaire acadien provincial

Le CSAP prévoit qu'en 2025, son effectif aura augmenté de 32%. De façon générale, ses écoles en région auront moins d'élèves dans 10 ans. C'est dans les plus grands centres que le CSAP se rattrape.

En 2025, toujours selon les prévisions du conseil scolaire, cinq écoles du CSAP auront dépassé leur capacité d'accueil actuelle. L'école acadienne de Truro, par exemple, devrait accueillir 524 élèves. Cela dépasse largement sa capacité actuelle de 334.

On prévoit aussi des dépassements à l'École acadienne de Pomquet, l'école secondaire du Sommet, l'école du Grand-Portage et l'école Bois-Joli.

Le CSAP s'y prépare. Des projets d'agrandissement sont prévus et d'autres sont en cours. L'école secondaire du Sommet vient d'ailleurs de terminer son projet d'agrandissement. Elle s'est doté l'an dernier de six nouvelles classes.

Darrell Samson assure qu'il faudra ajuster le budget du conseil scolaire. Il s'est réuni jeudi avec des représentants du ministère de l'Éducation pour en discuter.

Plus d'élèves signifie aussi qu'il y aura plus d'emplois pour les diplômés francophone en enseignement.

« C'est une bonne nouvelle, mais quand tu grandis, il y a des choses qui doivent se régler », souligne le professeur agrégé en sciences de l'éducation et directeur de l'Université Sainte-Anne, Dany Sheehy.

Le Conseil scolaire acadien provincial envisage un avenir rempli de défis. Il aura toutefois le temps de s'y préparer puisque ces changements se feront sur toute une décennie.

D'après un reportage de Stéphanie Blanchet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie

Éducation