•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un film controversé sur la jeunesse de Mahomet en ouverture du FFM

Le tournage du film Muhammad, Messenger of God
Le tournage du film Muhammad, Messenger of God Photo: AP Photo/Nourtaban Film Industry, Mohammad Foghani

Muhammad, Messenger of God, le plus récent film de l'Iranien Majid Majidi, sera présenté en ouverture et en première mondiale au 39e Festival des films du monde à Montréal.

Ce film produit en Iran traite de la naissance et de la jeunesse du prophète de l'Islam. Doté d'un budget de 30 millions de dollars, le plus important de l'histoire du cinéma iranien, il met en vedette plusieurs des plus grands acteurs du pays.

Le réalisateur Majid Majidi, trois fois lauréat du Grand Prix des Amériques du FFM, et plusieurs collaborateurs du film seront à Montréal pour la première du film.

Majid Majidi s'est notamment entouré du directeur de la photographie Vittorio Storaro (Apocalypse Now, The Last Emperor), du monteur Roberto Perpignani (Il Postino) et du maquilleur Giannetto de Rossi (Astérix et Obélix contre César).

Un film controversé

Le film Muhammad, Messenger of God a soulevé la controverse en raison des plans du dos du prophète. Les représentations physiques de Mahomet sont interdites dans de nombreuses communautés musulmanes. L'islam chiite, pratiqué par 90 à 95 % des Iraniens, est plus tolérant à cet égard.

Cependant, le cinéaste Majid Majidi, conscient des sensibilités religieuses, n'a pas tenté de montrer le visage du prophète.

Même si le ministère de la Culture et de l'Orientation islamique iranien a qualifié le film d'exemplaire, Mahomet a soulevé de l'opposition en dehors de l'Iran. La puissante Académie de recherche islamique, associée à l'université al-Azhar d'Égypte, a demandé en 2012, lors du début de la production, que le film ne soit pas diffusé.

L'avenir du FFM

En 2014, le FFM avait perdu la quasi-totalité de ses commanditaires. Au début du mois de juin, Téléfilm Canada, la SODEC et la Ville de Montréal avaient retiré leurs subventions au festival, pour un montant total de 680 000 $. De nombreux distributeurs indépendants québécois avaient également décidé de ne pas soumettre leurs films au FFM cette année en raison de l'incertitude entourant l'événement.

Le FFM aura lieu du 27 août au 7 septembre.

Avec les informations de The Guardian

Grand Montréal

Cinéma