•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Langue et laïcité au coeur du dernier débat au PQ

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Dernier débat de la course à la direction du PQ

Dernier débat de la course à la direction du PQ

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Pierre Karl Péladeau, Alexandre Cloutier, Martine Ouellet et Pierre Céré tentaient pour une dernière fois jeudi soir, à Montréal, de convaincre les membres du Parti québécois (PQ) qu'ils ont l'étoffe et le programme qu'il faut pour prendre la tête de la formation souverainiste.

Les thèmes de la première partie du débat étaient la langue, la laïcité, l'immigration et la citoyenneté. Mais au début de la soirée, les candidats ont surtout parlé de l'importance de défendre la langue française en tant que langue commune au Québec, évitant un peu le sujet de la laïcité.

Pierre Karl Péladeau a toutefois rendu hommage à Bernard Drainville à propos de la charte des valeurs. Selon lui, un consensus a émergé de l'étude du projet de loi sur la charte. Pierre Céré, lui, a déploré qu'il n'y ait rien eu dans cette charte à propos de la religion catholique.

C'est toujours la religion des autres...

Pierre Céré

Poursuivant sur la question de la présence du crucifix à l'Assemblée nationale, Pierre Céré et Martine Ouellet ont déclaré qu'ils étaient contre la présence de ce symbole religieux, tandis qu'Alexandre Cloutier a dit vouloir un vote des députés à ce sujet, tout en rappelant qu'il voulait interdire les symboles religieux aux enseignants et aux personnes en poste d'autorité.

Alexandre Cloutier a aussi dit souhaiter interdire aux écoles de recevoir du financement étranger. Pierre Karl Péladeau a acquiescé. Il a ajouté que le Parti libéral éprouvait une « difficulté existentielle » à appliquer les lois québécoises sur la langue et l'enseignement et que l'ex-ministre Yves Bolduc avait été incapable de discipliner les écoles qui ne respectaient pas les normes du gouvernement.

Au sujet de la langue, Martine Ouellet a souligné qu'elle proposait de soumettre les entreprises de juridiction fédérale à la loi 101, et Pierre Céré a dit qu'il fallait étendre les dispositions de la loi 101 aux cégeps « dans le respect des minorités ».

Peu de désaccords ont été observés entre les candidats au sujet de la langue et de l'identité, même si Pierre Céré a considéré que le Parti québécois avait par le passé mené ce débat « sur le dos des immigrants ».

Notre dossier

Urbanisme et transport

La deuxième partie du débat portait sur les thèmes de l'urbanisme et du transport. C'est ce deuxième point qui a surtout retenu l'attention des candidats. Martine Ouellet et Alexandre Cloutier, par exemple, ont insisté sur la nécessité d'électrifier les transports.

On est dû pour avoir tous nos transports collectifs électriques pour 2030. On est capable de faire ça, au Québec.

Martine Ouellet

Les candidats ont aussi rebondi sur la déclaration du ministre de l'Infrastructure du Canada, jeudi matin, qui dit qu'Ottawa voulait transférer les ponts Champlain, Mercier et Jacques-Cartier au Québec et à Montréal. Évoquant la construction du futur pont Champlain, Martine Ouellet a considéré que « c'est au gouvernement fédéral à payer ». La candidate a souligné que si les ponts étaient construits à une certaine hauteur, c'était pour permettre aux bateaux commerciaux de poursuivre leur route vers l'ouest et que si Québec décidait de construire le pont Champlain plus bas, le port de Montréal se développerait bien davantage, a-t-elle ironisé.

On pourrait peut-être le faire plus bas, le pont? Je ne sais pas ce qu'ils en penseraient, de ça!

Marine Ouellet

Pour sa part, Pierre Karl Péladeau a déploré une « confusion généralisée » concernant l'administration des transports et a proclamé qu'il avait une obsession : les compétences fédérales qui empêchent le Québec de se développer.

Demandons notre dû!

Pierre Karl Péladeau

Pierre Céré a appelé à une « révolution du transport collectif sur l'ensemble de la région métropolitaine », tandis qu'Alexandre Cloutier a lancé l'idée de créer une « neuvième grappe industrielle pour développer l'est de Montréal en développant l'indépendance par rapport au pétrole ».

Après Trois-RivièresSherbrookeQuébec et Rimouski, le débat de jeudi soir était le dernier de la course. Le dévoilement des résultats du premier tour aura lieu le 15 mai prochain et le dévoilement de ceux du deuxième tour, s'il a lieu, se fera le 22 mai.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !