•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il est possible de vivre une vie normale, malgré la bipolarité

Bipolarité, troubles bipolaires

Bipolarité, troubles bipolaires

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Peut-on vivre sa vie normalement lorsqu'on souffre de bipolarité? C'est tout à fait possible selon Viateur Langlois, qui en est atteint. Ce « survivant » est même devenu conférencier et pair-aidant auprès de personnes ayant des difficultés émotionnelles.

Un texte de Brigitte Dubé

La bipolarité provoque des sautes d'humeur incontrôlables. On qualifie souvent les personnes atteintes de « maniacodépressives ». Âgé de 56 ans, M. Langlois travaille à l'Association québécoise pour la réadaptation psychosociale (AQRP) et habite Port-Daniel.

Une crise subite

Il étudiait en technique policière. C'était un athlète qui avait remporté des championnats de judo. Il s'est réveillé un matin en psychose, sans avoir pris ni drogue ni alcool.

Je me croyais en train de vivre la fin du monde. J'avais des hallucinations et je voyais des gens en panique courir partout pour se sauver. J'ai eu très peur. Des policiers m'ont retrouvé dans la forêt.

Une citation de :Viateur Langlois

Il a séjourné à l'hôpital psychiatrique. Il affirme que la personne elle-même est la mieux placée pour s'aider. Ensuite, il faut faire confiance à des professionnels.

« J'ai travaillé très fort. J'ai été chercher de l'aide. J'ai consulté des psychiatres, des psychologues, des travailleurs sociaux. Je ne voulais pas croire que je resterais paralysé par cette maladie toute ma vie », explique Viateur Langlois.

Beaucoup de tabous

Beaucoup de tabous entourent cette maladie, comme les autres troubles psychiatriques. Mais, M. Langlois constate que les choses changent. Les médicaments ont évolué et sont devenus beaucoup plus efficaces.

Je suis la preuve vivante qu'il est possible de mener une vie normale. C'est un combat de tous les jours. Bien entendu, j'ai encore la maladie et je l'aurai toujours. Je me sens heureux aujourd'hui. La boule dans l'estomac est partie. Je peux m'exprimer assez bien. Il y a moyen de travailler et de faire bien des choses qu'on ne pouvait pas faire avant. On a des forces et des faiblesses, Il faut travailler avec ça.

Une citation de :Viateur Langlois

Écouter l'entrevue à Bon pied bonne heure, cliquez-ici

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec