•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le NPD veut abolir la taxe sur les produits hygiéniques féminins

Trois femmes soutenant la campagne de Canadian Menstruators devant la statue de Célèbres cinq, sur la colline Parlementaire.

Trois femmes soutenant la campagne de Canadian Menstruators devant la statue de Célèbres cinq, sur la colline Parlementaire.

Photo : La Presse canadienne / FRED CHARTRAND

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Nouveau Parti démocratique demande aux parlementaires d'abolir la taxe sur les produits hygiéniques féminins. Les néo-démocrates utiliseront leur journée d'opposition vendredi pour soumettre au vote une motion dont l'adoption exempterait de la TPS tampons et serviettes sanitaires.

Assemblées autour de la sculpture des Cinq femmes célèbres du Canada, sur la colline du Parlement, les représentantes du NPD et leurs alliées ont répété que cette mesure était une affaire d'égalité.

« Il est très approprié que nous soyons ici, près de cette statue. [...] C'est un rappel que les femmes ont subi l'inégalité dans tous les domaines [...] et qu'elles ont combattu », a dit la députée ontarienne Irene Mathyssen, brandissant une pétition de plus de 10 000 noms.

À ses côtés, les représentantes du groupe Canadian Menstruators ont rappelé qu'elles ont réussi à récolter plus de 72 000 signatures pour leur pétition en ligne.

« C'est une taxe basée sur les caractéristiques biologiques », a avancé Kathleen Fraser, au nom de son groupe.

« Même si ça semble être de la petite monnaie, c'est une taxe qui met un poids injuste sur les épaules des femmes, des personnes trans et des autres personnes qui ont des menstruations », a-t-elle insisté.

Selon leurs calculs, la taxe sur ces produits coûterait 36 millions de dollars par année aux femmes. « Ce qui n'est pas significatif dans un budget de 200 milliards de dollars », de l'avis de Mme Mathyssen.

« Ça c'est un exemple d'un 36 millions de dollars dont le gouvernement n'a pas besoin, qu'il est en train d'enlever aux gens qui en ont besoin le plus, comme on n'a pas encore l'équité salariale, comme on travaille encore pour sortir les femmes de la pauvreté », a renchéri sa collègue Mylène Freeman.

En 2013, la députée Mathyssen a déposé un projet de loi pour faire disparaître cette taxe, projet de loi qui n'a pas encore dépassé l'étape de la première lecture.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !