•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« La seule place pour les seins d'une femme à bord d'un bateau est sur la proue » - Alex Cope, réserve de Millbrook

Stacey Marshall Tabor rêve de devenir capitaine de bateau
Photo: Radio-Canada/Rebecca Martel
Canadian Press

Le Tribunal canadien des droits de la personne donne raison à une pêcheuse autochtone de la réserve de Millbrook, en Nouvelle-Écosse, qui avait déposé une plainte pour discrimination sur la base de son sexe.

Stacey Marshall Tabor rêve de devenir capitaine de bateau de pêche au homard depuis longtemps. Elle a commencé à travailler comme membre d'équipage sur un des bateaux de la réserve en 2000 et a décroché un brevet de capitaine, peu après, pour obtenir de l'avancement.

Mais selon le Tribunal des droits de la personne, ses demandes pour obtenir une licence de capitaine ont été rejetées pendant des années par le conseil de bande de la réserve, uniquement parce qu'elle est une femme.

En fait, selon la décision du Tribunal, des hommes moins compétents qu'elle ont obtenu des postes de capitaine au cours des années 2000. Même son mari a reçu un poste de responsabilité, en dépit du fait que sa seule expérience dans le domaine des pêches consistait à préparer des équipements et à peindre des bouées.

Le Tribunal note également, dans sa décision, qu'elle a fait l'objet de commentaires dérogatoires d'un membre en vue du conseil de bande, qui lui a dit à plus d'une reprise que la « seule place pour des seins de femme à bord d'un bateau est sur la proue, comme figure de proue ».

Discrimination systématique

La Première Nation de Millbrook a nié, dans sa défense, avoir rejeté la candidature de Mme Tabor parce qu'elle est une femme. Elle précise que sa candidature a été considérée au même titre que celles de deux candidats masculins. L'homme qui a obtenu une licence de capitaine lors de sa dernière demande en 2008 était plus compétent qu'elle, a soutenu la réserve.

Le Tribunal, toutefois, a conclu que la candidature de Mme Tabor n'a jamais été sérieusement considérée et que son rejet s'inscrivait dans une tendance plus large, au sein de la réserve, consistant à refuser systématiquement aux femmes des postes de responsabilité au sein de l'industrie des pêches.

Le Tribunal n'impose pas de remède pour l'instant, puisque les deux parties ont fait état de leur désir de trouver un terrain d'entente. Il demandera toutefois aux parties de lui faire un compte rendu sur l'état de leurs négociations.

Ironie du sort, la plaignante, Stacey Marshall Tabor, est la nièce de Donald Marshall fils, celui-là même qui a défendu avec succès les droits de pêche des communautés micmaques.

Acadie

Industrie des pêches