•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Victoire du NPD : une vague orange balaie l'Alberta

Élection historique en Alberta

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) a mis fin de façon décisive à plus de 43 ans de règne progressiste-conservateur en Alberta. Le Wildrose devient l'opposition officielle, reléguant les conservateurs au troisième rang. Le premier ministre sortant Jim Prentice se retire quant à lui de la vie politique.

Un texte de Gabrielle Michaud-SauvageauTwitterCourriel

C'est une Rachel Notley triomphante qui est montée sur la scène du quartier général de son parti à Edmonton sous les cris assourdissants de partisans enchantés.

« Mes amis, je pense que le changement est finalement arrivé en Alberta! De nouvelles personnes, de nouvelles idées et un nouveau départ pour notre grande province », a déclaré Rachel Notley.

Elle a remercié les Albertains qui ont élu 54 députés de son parti avec 40,5 % des suffrages et a laissé entendre que le NPD n'effectuerait pas une rupture abrupte avec les précédents gouvernements.

Si vous restez en contact avec les valeurs et le gros bon sens des Albertains, vous ne pouvez pas vous tromper.

Rachel Notley, première ministre élue de l'Alberta

Rachel Notley, qui a notamment fait campagne en promettant de revoir les redevances pétrolières payées par les entreprises et de cesser d'appuyer le projet de pipeline Northern Gateway, s'est également faite rassurante en soulignant qu'elle comptait travailler en collaboration avec le monde des affaires, le gouvernement fédéral et ceux des autres provinces. « Nous allons travailler avec vous pour faire croître notre économie et pour assurer un avenir plus prospère pour tous les Albertains et tous les habitants de la Confédération. »

Elle a promis de travailler à diversifier l'économie albertaine, de consulter les Premières Nations et de créer une nouvelle relation entre les Albertains et leur gouvernement.

Le politologue Julian Castro-Rea estime qu'elle est partie du bon pied.  « La chef a fait un discours rassembleur. Elle s'est adressée à toutes les couches de la population, même aux peuples autochtones. Elle avait quelque chose pour tout le monde. »

Opposition renforcée

Le Wildrose conserve son statut d'opposition officielle, mais aura un poids beaucoup plus grand à l'Assemblée législative avec l'élection confirmée de 21 députés.

Ces changements en profondeur dans le paysage politique albertain permettront de dynamiser les débats à l'Assemblée, croit Frédéric Boily, professeur de sciences politiques au campus Saint-Jean de l'Université de l'Alberta.

Les débats vont prendre une tournure différente. Là, on a l'impression qu'on a une vraie gauche et une vraie droite et qu'il va y avoir un débat d'idées.

Frédérik Boily, analyste

Jim Prentice annonce sa démission

Jim PrenticeJim Prentice Photo : PC / Jeff McIntosh

Dans un discours très court, le premier ministre sortant a annoncé qu'il quittait immédiatement la tête du Parti progressiste-conservateur et qu'il ne siégerait pas comme député de Calgary-Foothills, bien qu'il ait remporté la circonscription.

« En tant que chef du parti, j'accepte la responsabilité pour les résultats de ce soir et pour la décision qui a mené à ce soir », a dit Jim Prentice, en référence à la décision de déclencher des élections anticipées.

Il a dit que sa contribution à la vie publique était terminée, puis il a rapidement quitté la salle sans saluer les partisans.

Le parti de Jim Prentice est passé de 70 députés, au déclenchement des élections, à 10 élus. Seuls trois de ses ministres ont conservé leur siège.

Une victoire stupéfiante

Avec seulement quatre députés à l'Assemblée législative à la dissolution en avril, peu d'observateurs de la scène politique albertaine prenaient au sérieux l'objectif affiché de la chef Rachel Notley de devenir la prochaine première ministre albertaine.

Il y a moins d'un mois, quand Rachel Notley a lancé sa campagne en disant qu'elle voulait devenir première ministre, on a tous rigolé.

Julian Castro-Rea, professeur de sciences politiques, Université de l'Alberta

Le NPD a réussi à séduire les résidents des grandes villes, avec une domination totale à Edmonton et des gains importants à Calgary, Red Deer, Lethbridge et Medicine Hat.

En région rurale, le parti a également fait des gains dans le nord de la province, mais a été écarté des régions rurales du sud, où le Wildrose a maintenu son emprise.

Quelques promesses du NPD

  • Augmentation de l'impôt des Albertains qui gagnent 125 000 $ et plus
  • Faire passer le taux d'imposition des grandes entreprises de 10 à 12 %
  • Revoir les redevances payées par les entreprises exploitant des ressources énergétiques
  • Retirer le soutien à certains projets de pipelines comme le projet Northern Gateway d'Enbridge
  • Retour à l'équilibre budgétaire en 2018
  • Annuler les dernières réductions budgétaires en santé et en éducation
  • Créer 27 000 nouveaux emplois grâce à un crédit d'impôt pour les entreprises
  • Offrir des subventions et créer graduellement de nouvelles places en garderies à 25 $ par jour

Rare changement de pouvoir

Le NPD devient la cinquième formation politique à diriger l'Alberta.

La province a été gouvernée par le Parti libéral de la création de la province en 1905 à 1921. Le parti United Farmers of Alberta a pris le pouvoir en 1921 jusqu'en 1935, puis le parti du Crédit social a détenu le pouvoir jusqu'au début des années 1970. En 1971, le Parti progressiste-conservateur parvient à séduire les Albertains et met fin à la dynastie créditiste.

Rachel Notley, en bref

  • Née le 17 avril 1964 (51 ans) et a grandi à Fairview, en Alberta
  • Fille de l'ancien chef du NPD albertain Grant Notley (chef du parti de 1968 à 1984)
  • Députée du NPD dans Edmonton-Strathcona depuis 2008
  • Chef du NPD albertain depuis le 18 octobre 2014

À lire : Rachel Notley, visage de la gauche albertaine

Campagne étonnante

Des élections générales anticipées ont été déclenchées le 7 avril après une longue période de spéculation. Le gouvernement progressiste-conservateur de Jim Prentice a choisi de tenir ces élections un an avant la date prévue dans la loi sur les élections à date fixe adoptée sous le gouvernement d'Alison Redford. Il voulait obtenir un mandat pour « mettre en oeuvre le changement » envisagé par le gouvernement progressiste-conservateur après une chute de plus de 50 % des prix du pétrole sur les marchés.

Danielle Smith et Jim PrenticeDanielle Smith et Jim Prentice Photo : PC / JASON FRANSON

À l'automne, le Parti progressiste-conservateur a également assené un dur coup à l'opposition officielle en convainquant 11 de ses députés, dont la chef du parti Danielle Smith, de se rallier au PPC. Ce coup de théâtre avait créé beaucoup de frustration tant chez les partisans du Wildrose que dans les rangs conservateurs. Plusieurs transfuges, dont Danielle Smith, ne sont pas parvenus à remporter l'investiture dans la circonscription où ils comptaient se présenter sous la bannière des progressistes-conservateurs.

Malgré la situation de faiblesse des partis d'opposition lors du déclenchement de ces élections anticipées (aucun des chefs de parti n'était en poste depuis plus de quelques mois), la majorité des sondages effectués durant la campagne montraient le Parti progressiste-conservateur en troisième place dans les intentions de vote, derrière le Wildrose et le NPD.

Le PPC attaqué à gauche et à droite

Le Parti progressiste-conservateur a dû défendre son budget présenté fin mars tout au long de la campagne, entre autres la décision de ne pas augmenter les impôts des entreprises. Des erreurs en cours de route ont mis le parti sur la défensive, par exemple le commentaire du chef Jim Prentice, qui a dit d'un ton jugé condescendant par de nombreux observateurs « Je sais que les mathématiques sont difficiles » à la chef du NPD Rachel Notley lors du débat des chefs.

Jim Prentice échange avec Rachel Notley lors du débat de mi-campagne.Jim Prentice échange avec Rachel Notley lors du débat de mi-campagne. Photo : PC / JASON FRANSON

Ce débat des chefs télévisé du 23 avril s'est transformé en affrontement entre Jim Prentice et Rachel Notley. La plupart des sondeurs et des politologues voyaient la chef des néo-démocrates comme la grande gagnante de ce débat.

En fin de campagne, toutes les attaques se sont portées contre le NPD, montré en tête dans les intentions de vote par la majorité des sondages. Le parti de Rachel Notley, bénéficiant d'un large appui à Edmonton, a déployé des efforts pour effectuer des percées dans d'autres régions comme Calgary et Lethbridge.

Tout au long de la campagne, le Wildrose a répété un message de rigueur fiscale et sa promesse de ne pas augmenter les impôts, tout en critiquant la mauvaise gestion des progressistes-conservateurs au pouvoir depuis 43 ans en Alberta.

Élections Alberta 2015

Alberta

Politique