•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Josée Gagnon : une maman aux mille et un coeurs

Josée Gagnon

Josée Gagnon réconforte un garçon en attente de traitement. La maladie et la douleur apportent leur lot d'inquiétudes.

Photo : Vicky Boutin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Chaque mardi, au département de pédiatrie de l'hôpital de Chicoutimi, c'est jour de traitements pour les petits patients atteints de cancer. Pourtant, dès qu'on pousse la porte de la salle de traitement, ce sont les fous rires qui attirent l'attention.

Un texte de Vicky BoutinTwitterCourriel

Au moins une fois par semaine, Josée Gagnon enfile les habits du Dr Lili-Fleur Depeau : un sarrau blanc, un stéthoscope, et bien sûr, un nez rouge en caoutchouc. Ce matin, elle et son acolyte, le Dr Chabidou Wa, sont le centre d'intérêt.

L'aventure des Clowns thérapeutiques

Il y a quelques années, Josée et son amie Moïra Sheffer-Pinault ont mis sur pied l'organisme Clowns Thérapeutiques Saguenay. Neuf comédiens font désormais partie de l'aventure. Ils visitent les enfants et les personnes âgées pour améliorer leur estime de soi.

Associer l'art à une action sociale, ç'a du sens dans ma démarche personnelle. Ça été un coup de cœur incroyable, une vocation.

Une citation de :Josée Gagnon

Pendant qu'ils attendent leur traitement, les enfants rient aux éclats au milieu des lits d'hôpitaux, des perfusions et des équipements médicaux. L'espace de quelques instants, les sourires effacent les douleurs et les jours sombres.

La maman de la petite Hélixanne, quatre ans, observe chaque semaine l'effet que le Dr Lili-Fleur et les autres clowns ont sur sa fille atteinte de leucémie. « Elle oublie tout, affirme Karine Saint-Pierre. Elle redevient la petite fille de quatre ans qui est normale. Elle joue, elle chante, elle court partout... ça l'aide à oublier et à retrouver un instant de son enfance. »

La visite des clowns sème aussi la bonne humeur auprès du personnel soignant. L'infirmière-chef de l'unité de soins pédiatriques, Julie Duval, avoue ouvrir la porte de son bureau chaque fois que les clowns sont de passage dans l'espoir de les voir se pointer dans l'embrasure de la porte.

« Au niveau des institutions, notre travail est reconnu maintenant, précise Josée Gagnon. Les gens savent qu'on ne fait pas que de l'animation, qu'on peut avoir une valeur thérapeutique, donc pour nous, c'est la plus grande victoire. »

Maman, son premier rôle

Josée Gagnon et ses trois fillesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le quotidien de Josée Gagnon est bien occupé avec ses trois filles.

Son rôle principal, elle le joue toutefois à la maison, auprès de ses trois filles. Elle jongle avec un horaire des plus chargés, entre la garderie, l'école, et les nombreux projets qu'elle mène de front.

Son conjoint et elle ont choisi de revenir s'établir dans leur région natale il y a une dizaine d'années. Même à quelques centaines de kilomètres des grands centres, elle réussit à mener sa carrière de comédienne et à décrocher des rôles intéressants. Elle se considère comme une comédienne choyée en région.

Ma vie est un chaos, mais j'aime ça! La routine me tue. Il n'y a rien de pire. J'ai besoin d'être impliquée.

Une citation de :Josée Gagnon

Elle considère être une maman comme les autres. À l'approche de la Fête des Mères, son plus beau cadeau demeure l'amour inconditionnel de ses trois filles.

Le reportage de Vicky Boutin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !