•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le prix Nobel Serge Haroche déplore le manque de financement scientifique

Serge Haroche

Serge Haroche

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada

Le physicien Serge Haroche, qui était de passage à l'Université de la Colombie-Britannique pour discuter des avancées de la recherche en physique quantique, a déploré le manque de financement pour la recherche.

Le scientifique français a obtenu le prix Nobel de physique quantique en 2012. Son groupe de scientifiques et lui sont parvenus à emprisonner un grain de lumière, ce qu'on appelle un photon, dans une boîte faite de parois très réfléchissantes comme des miroirs d'une très bonne qualité. « On a étudié en quelque sorte la transition entre le monde quantique très bizarre et le monde classique qui nous entoure. »

Ils mènent cette étude « avec l'espoir d'arriver à utiliser un jour cette étrangeté pour des applications intéressantes », par exemple pour améliorer les moyens de communication. Ces recherches permettront de mieux comprendre comment la nature se comporte au niveau microscopique, ajoute-t-il.

Moins de financement, moins de chercheurs

Le fait que le gouvernement canadien réduit considérablement son financement pour les recherches aura, selon le physicien, « des conséquences catastrophiques parce que la recherche est une entreprise de longue haleine ». Il ajoute que souvent, et pas seulement au Canada, les gouvernements n'ont pas conscience du fait que « notre civilisation vit sur un acquis scientifique qui a permis les développements technologiques que l'on a connus au cours du 20e siècle et que ces développements auraient été impossibles sans recherche fondamentale ». Tous les objets que l'on utilise dans notre vie quotidienne comme les lasers, les ordinateurs et les GPS sont les retombées de la recherche fondamentale, rappelle M. Haroche.

Au départ, cette recherche n'a pas été faite en vue d'applications pratiques, mais par la curiosité qui conduisait les chercheurs à essayer de comprendre le monde.

Serge Haroche, prix Nobel de physique quantique

Avec son téléphone portable, son ordinateur ou autre appareil, l'être humain utilise, sans le savoir, la technologie quantique, souligne-t-il. Cependant, le chercheur ne s'avance pas à affirmer que la physique quantique aurait un impact sur le monde actuel. Toutefois, il croit que si l'ensemble de la population avait une culture scientifique, cela aurait un impact « parce que les problèmes auxquels l'humanité est confrontée actuellement sont des problèmes pour lesquels les solutions ne pourraient venir que de la science ».

Il faut donc que la société ait confiance en la science et comment elle fonctionne.

Serge Haroche, prix Nobel de physique quantique

Le physicien français constate que partout au monde, on se dirige vers une pénurie de chercheurs. Au Canada, comme ailleurs, les gouvernements réduisent les subventions destinées aux chercheurs. Une politique qui, soutient-il, pourrait menacer l'avenir de l'humanité. Selon lui, il est important de redorer le blason de la science en la rendant plus concrète, et cela passe par l'éducation, à tous les niveaux d'enseignements.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Science