•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet de terminal controversé dans l'est de Montréal

Maquette du projet de la Corporation internationale d'avitaillement de Montréal

Maquette du projet de la Corporation internationale d'avitaillement de Montréal

Photo : CIAM

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un important projet de terminal et de réservoirs de carburant d'avion inquiète des citoyens de l'est de l'île de Montréal.

Un texte de Benoît ChapdelaineTwitterCourriel

La Corporation internationale d'avitaillement de Montréal (CIAM) assure que son projet de 150 millions de dollars respectera toutes les normes de sécurité. L'entreprise, qui livre le carburant aux aéroports de Montréal et Toronto, a présenté mercredi soir son projet aux riverains du secteur retenu.

Actuellement, une grande partie du carburant d'avions, ou kérosène, arrive par bateau au port de Québec et est acheminée par camion ou train aux aéroports de Montréal, Toronto et Ottawa. La CIAM veut bâtir un terminal, plusieurs réservoirs et un pipeline pour accueillir directement au port de Montréal 1,5 milliard de litres de carburant par année.

Le président du comité de vigilance environnementale de l'est de Montréal, Vincent Marchione, est sorti plus inquiet que rassuré de la présentation publique aux citoyens des quartiers environnants.

« Il y a des gens de Tétreautville inquiets avec raison. Figurez-vous qu'un réservoir qui explose, avec l'effet domino, ça fait exploser les autres. On va vivre une catastrophe 100 fois pire qu'à Mégantic », prévient-il.

Le vice-président de CIAM, Robert Iasenza, se veut rassurant. L'entreprise présentera en juin les résultats de son étude d'impact sur l'environnement en cours. « On va entreposer du kérosène et non de l'essence ou du pétrole brut, qui était à Lac-Mégantic, et le carburant d'aviation apporte moins de risques selon le règlement de matières dangereuses »,argumente-t-il.

De son côté, le maire de Montréal-Est, Robert Coutu, accueille favorablement ce projet présenté aux élus mardi soir. Selon lui, l'investissement de 150 millions de dollars est « très positif » pour la Ville de Montréal-Est, et il se réjouit de la création d'emplois qui va en résulter.

Les dirigeants de l'entreprise, qui sont enregistrés comme lobbyistes, prévoient rencontrer prochainement le maire de Montréal, Denis Coderre, pour lui présenter le projet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !