•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

84 arrestations après une manifestation mouvementée de la CLAC à Montréal

Gaz irritants et dispersion des manifestants

Photo : Marie-Eve Maheu

Radio-Canada

La police a arrêté 84 personnes après une manifestation pilotée par la Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC) au centre-ville de Montréal. Le rassemblement a vite dégénéré lorsque les policiers ont tenté de disperser les marcheurs venus nombreux pour une : « ostie de grosse manif du 1er mai ».

Les policiers ont procédé à 57 arrestations en vertu du règlement municipal P-6 et 27 autres pour des infractions criminelles.

La manifestation, qui a commencé à 19 h, a rapidement été déclarée illégale et les policiers ont utilisé des gaz lacrymogènes. 

Plusieurs personnes ont été incommodées, dont des familles venues avec de jeunes enfants.

En début de soirée, le porte-parole de la police de Montréal, Laurent Gingras, ne pouvait dire la raison exacte pour laquelle il y avait eu intervention policière de dispersion.

Les représentants des « médias grand public » n'ont obtenu aucune entrevue par les membres de la CLAC qui estiment que ces médias ont mal représenté le récent mouvement de grève des étudiants.

Les étudiants, de l'avis de la CLAC, ont fait l'objet d'une « violence médiatique inouïe » tout en étant diabolisés et infantilisés par les journalistes. Les militants anti-capitalistes accusent les « médias grand public » de déformer les faits et de se faire les porte-parole de la police, entre autres critiques.

Il ne s'agit que d'un exemple d'activités inspirées par cette journée du 1er mai, fête internationale des travailleurs. Ainsi, en soirée à Montréal, également, la coalition des grandes centrales syndicales organise un rassemblement au Théâtre National. La coalition du 1er mai du grand Montréal a décidé de clore ainsi une journée faste en rassemblements de toutes sortes.

Des opposants face à Philippe Couillard

Une centaine de personnes attendaient le premier ministreAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une centaine de personnes attendaient le premier ministre

Photo : Ici Radio-Canada

En effet plus tôt, vendredi, une multitude d'événements avaient pris place partout dans la province, tous ayant la même motivation : dénoncer les mesures d'austérité appliquées par le gouvernement de Philippe Couillard. Ce dernier a justement été pris à partie par des protestataires alors qu'il procédait à une annonce de nature économique à Saguenay.

Le premier ministre a dit respecter le droit de parole et d'opinion de chacun avant d'entonner le message qui lui est cher, soit la nécessité d'atteindre et de maintenir l'équilibre budgétaire. « Le plan du gouvernement ne change pas », a-t-il statué, en disant s'adresser aux Québécois qui paient des impôts et des taxes. « Nous allons continuer sur la même trajectoire. »

Des manifestations et du piquetage : le tout dans le calme

Rassemblements, marches et même BBQ ont été organisés au gré des organisations locales. Le tout s'est effectué dans une atmosphère calme, ce qui n'enlève rien à la ferveur des manifestants. Les grandes centrales syndicales, les étudiants et différents groupes sociaux ont participé à ces manifestations.

Le président de la CSN, Jacques Létourneau, a déploré l'impact de l'austérité sur les services publics, dans les programmes sociaux, sur les étudiants, mais aussi le ralentissement économique qu'elle entraîne ainsi que la création d'emplois de moindre qualité.

Les manifestations du 1er mai avaient commencé très tôt ce matin à Montréal. Un groupe de manifestants dénonçant les politiques d'austérité du gouvernement du Québec a bloqué durant quelques minutes, dès 6 h, l'accès au chantier de construction du CHUM au centre-ville. Les policiers sont finalement intervenus, à l'angle des rues Saint-Denis et Viger, et ont rouvert, dans le calme, le chantier de construction.

Une fois délogés du CHUM, les manifestants se sont regroupés au square Philipps, où ils ont fait le plein de participants avant de reprendre la marche. Ils ont pris la direction du Centre international du commerce. Des militants ont également occupé le Palais des congrès et la Tour de la Banque Nationale en plus de manifester devant les locaux de Québecor. Aucune arrestation n'a été effectuée.

Nombre d'enseignants ont décrété une journée de grève illégale. La Commission des relations de travail leur avait intimé de ne pas débrayer. Une ordonnance que la CSN, qui représente 85 % des professeurs de cégeps, leur avait d'ailleurs recommandé de s'y soumettre.

Mais qu'à cela ne tienne, les enseignants de plusieurs cégeps – Abitibi-Témiscamingue, Marie-Victorin, Rosemont et Saint-Jérôme, notamment – ont défié l'ordonnance de la CRT.

Dans certains cégeps, ce sont les étudiants, et non les enseignants, qui ont voté une journée de grève. « Dans tous les cas, chez les étudiants, nous sommes complètement solidaires envers les professeurs, envers les travailleurs », a affirmé Alexis Tremblay, président de Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ).

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Société