•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fête des Travailleurs : manifestations et circulation perturbée dans l'Est

Des manifestants ont perturbé la circulation de la route 138 près de Sept-Îles.

Journée de mobilisation dans l'Est du Québec

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La journée est marquée par de nombreuses actions de mobilisation partout au Québec pour souligner la Journée internationale des travailleurs. Des marches et des piquetages symboliques sont prévus dans de nombreuses villes de l'Est.

À Sept-Îles, une quinzaine de manifestants ont bloqué une des entrées des bureaux de Revenu Québec, vendredi matin, dans un geste symbolique pour dénoncer les politiques d'austérité du gouvernement Couillard. 

Le responsable politique de l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux sur la Côte-Nord, Sylvain Sirois, estime que les mesures d'austérité touchent durement la région.

« Ça affecte vraiment la population, dit-il, quand on parle de la disparition des Conférences régionales des élus et des Centres locaux de développement, mais aussi au niveau des budgets de la santé et des services sociaux. »

Les manifestants s'inquiètent aussi de voir disparaître la prime de rétention de 8 % pour les employés de la fonction publique de Sept-Îles et de Port-Cartier. 

« Beaucoup de gens nous ont dit que si le 8 % était retiré, ils quitteraient la Côte-Nord, indique la représentante régionale du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec, Suzanne Joncas. S'ils quittent la Côte-Nord, on aura moins de population et moins d'achat local. »

Des membres des grandes centrales syndicales se sont installés sur la route 138, à la hauteur du Poste Arnaud d'Hydro-Québec, pour dénoncer les politiques de Québec. 

« On ralentit la circulation, explique le président du Conseil central de la CSN sur la Côte-Nord, Guillaume Tremblay. Ça passe en alternance. Par contre, au niveau des camions, on les met sur le côté de la route et on les arrête complètement. Ce n'est pas vrai que la Côte-Nord va servir uniquement à sortir les richesses naturelles pendant que le gouvernement coupe dans les services aux citoyens. »

Le représentant syndical de la FTQ-Construction sur la Côte-Nord, Bernard « Rambo » Gauthier, a aussi participé à l'action de mobilisation. « Il faut qu'on fasse notre part aussi, dit-il. C'est un peu contre l'austérité et le ras-le-bol que les gens de la Côte-Nord ont contre le gouvernement qu'on a. »

Actions dans les cégeps

Les syndicats de 30 des 46 cégeps du Québec avaient voté pour une journée de grève etla Commission des relations de travail (CRT) l'a jugée illégale. Elle a ordonné aux enseignants des cégeps de s'abstenir de participer à toute cessation concertée de travail aujourd'hui.

Le gouvernement du Québec avait réclamé l'intervention de la CTR, qui a rendu sa décision jeudi après-midi.

Les professeurs des cégeps de la Gaspésie, du Bas-Saint-Laurent et de la Côte-Nord vont, semble-t-il, respecter le jugement.

La direction du Cégep de Sept-Îles a annulé la suspension des cours initialement prévue pour vendredi. Les activités sont aussi maintenues au Cégep de Baie-Comeau. La majorité des enseignants de Sept-Îles et de Baie-Comeau avaient voté pour la tenue d'une grève.

« C'est un mouvement populaire. Ça n'a pas été une consigne des appareils syndicaux. C'est parti de la base. Au départ, c'est assez limité. Les premiers collègues qui ont voté, il y avait une clause qui disait : "On va sortir si on est au moins 10." C'est allé au-delà de 30. Je crois, moi, c'est un commentaire politique, que le gouvernement a peur », a dit Jacques-René Giguère, vice-président du Syndicat des enseignants du Cégep de Sept-Îles.

Un dîner de solidarité est organisé pour souligner la fête des Travailleurs et l'assemblée générale bisannuelle de la CSN.

À Carleton-sur-Mer, une quarantaine d'étudiants et d'enseignants manifestent devant le campus.

Une quarantaine de manifestants devant le cégep à Carleton-sur-MerAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Circulation perturbée et marches funèbres

À Sainte-Anne-des-Monts et Carleton-sur-Mer, une centaine de personnes ont ralenti la circulation sur la route 132. Elles refusent les mesures mises de l'avant par Québec.

Parmi les manifestants figuraient des travailleurs, des groupes syndicaux, des organismes sociaux et des politiciens.

Les membres du collectif Refusons l'austérité demandent au gouvernement d'arrêter ses mesures et d'amorcer un dialogue avec les citoyens.

Pour le travailleur du domaine de la santé Daniel Bergeron, les réformes du gouvernement Couillard auront un impact sur la qualité des soins en région.

« La centralisation des pouvoirs qui se fait avec la loi 10 et les mesures d'éliminer les organismes régionaux de concertation affaiblissent le pouvoir que les gens ont de s'exprimer et de faire avancer des dossiers importants, surtout dans des régions plus pauvres. »

Sur l'heure du midi, des marches funèbres ont eu lieu dans 11 villes de la région, soit Cap-aux-Meules, Paspébiac, Sainte-Anne-des-Monts, Grande-Vallée, Rivière-au-Renard, Murdochville, Gaspé, Chandler, Maria, Carleton-sur-Mer et Matapédia.

Une manifestation doit aussi avoir lieu devant le Cégep de Matane à midi.

Retenir symboliquement les gens

Des participants aux manifestations à l'Île-Verte.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

À l'Île-Verte, des participants aux manifestations organisées contre les politiques d'austérité du gouvernement Couillard, à l'occasion de la Fête des Travailleurs.

Photo : ICI Radio-Canada/Patrick Bergeron

Des syndicats, des organismes communautaires et le groupe Touche pas à ma région Bas-Saint-Laurent ont organisé un rassemblement à L'Isle-Verte, où ils ont l'intention de perturber la circulation sur la route 132 en direction ouest.

Ils veulent symboliquement retenir les gens en région et dénoncer les mesures d'austérité du gouvernement libéral.

Les responsables de services de garde en milieu familial affiliés à la CSN des secteurs de Rimouski et de la Matapédia tiendront une demi-journée de grève en après-midi. Elles comptent manifester au centre-ville de Rimouski dès 13 h 30.

Du côté du Cégep de Rimouski, un rassemblement a eu lieu dès 7h, en appui à la grève sociale des enseignants. Une soupe populaire se tiendra aussi sur l'heure du midi, en présence du député péquiste de Rimouski, Harold Lebel. Une marche au centre-ville jusqu'à 8h30 est aussi prévue et une soupe populaire ce midi.

Marche et souper à Rivière-du-Loup

« En avant-midi il y aura un forum où les gens pourront se prononcer sur les mesures d'austérité, il y aura des ateliers de prise de parole. À 15h, une marche dans les rues de Rivière-du-Loup et un souper où on invite non seulement les enseignants et les étudiants, mais aussi les gens des milieux communautaire et socio-économique à venir se joindre à nous », indique le porte-parole du syndicat des enseignants du Cégep de Rivière-du-Loup, Frédérick Bérubé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec