•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Améliorations au Rapibus : la STO pourrait s'inspirer d'OC Transpo

Un autobus de la STO devant le parlement d'Ottawa. (03-04-15)

Un autobus de la STO devant le parlement d'Ottawa. (03-04-15)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Radio-Canada révélait, mercredi en exclusivité, quelques-unes des propositions de changements qui sont déposées, jeudi soir, au conseil d'administration de la Société des transports de l'Outaouais (STO). La firme MMM suggère notamment d'implanter des mesures, qui existent déjà de l'autre côté de la rivière des Outaouais.

En plus de mettre en place des lignes directes, des trajets plus fréquents et des voies réservées, les experts estiment que la STO gagnerait à implémenter un système de géolocalisation dans les autobus.

Cette mesure est en vigueur depuis cinq ans dans les véhicules d'OC Transpo. Les autobus gatinois transmettraient ainsi des informations en temps réel aux applications mobiles de transport en commun, qui avertiraient ensuite les usagers en cas de retard.

La firme MMM propose également aux responsables de la STO d'évaluer la possibilité d'instaurer un embarquement par les portes arrière, comme cela se fait à Ottawa depuis 10 ans maintenant.

Si cela permettrait aux usagers de prendre place plus rapidement à l'intérieur des autobus, l'inconvénient serait le supplément de surveillance nécessaire.

C'est en tout cas ce que montre l'expérience ottavienne, selon le président de la Commission des transports en commun à la Ville d'Ottawa, Stephen Blais. Il croit néanmoins que cela en vaut la peine.

« Je pense que la plupart des personnes obéissent à la loi. On a vu qu'il y a quelquefois des personnes qui ne payent pas, et oui, c'est cher d'envoyer les inspecteurs ou la police. Mais en fin de compte [...] on augmente notre nombre de clients et on donne un meilleur service à la population », soutient le conseiller du quartier Cumberland.

M. Blais assure que tout le monde y gagne, parce que, si le service de transport en commun est plus efficace, plus d'usagers voudront l'emprunter, ce qui participe à désengorger les axes routiers.

D'après des informations de Claudine Richard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Transports