•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Effondrement du Rana Plaza : recours collectif contre Loblaw

L'édifice Rana Plaza au Bangladesh, au lendemain de son effondrement qui a fait 1100 victimes.

Photo : CBC.ca

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un cabinet d'avocats torontois a lancé une demande de recours collectif contre Loblaw et sa ligne de vêtements Joe Fresh sur l' effondrement d'un atelier de confection textile au Bangladesh qui a fait plus de 1100 morts en avril 2013.

La poursuite est déposée par le cabinet Rochon Genova au nom de ceux qui ont survécu à l'effondrement du Rana Plaza ainsi que des dépendants et des biens immobiliers de ceux qui ont péri.

Une déclaration enregistrée à la Cour supérieure de l'Ontario, qui devra se prononcer sur la validité de la poursuite, dit que de nombreux vêtements Joe Fresh étaient fabriqués à l'atelier de Rana Plaza géré par des sous-traitants bangladais de Loblaw.

La déclaration allègue que Loblaw savait avant l'effondrement qu'il y avait « un risque important et spécifique » pour les travailleurs qui fabriquaient les vêtements Joe Fresh et qui étaient employés par les sous-traitants bangladais.

Allégations infondées selon Loblaws

Un porte-parole de Loblaw affirme que les allégations sont « sans fondement » et ajoute que la compagnie compte se « défendre vigoureusement ».

Rana Plaza se trouvait en banlieue de la capitale du Bangladesh, Dacca, et abritait cinq ateliers de confection textile lorsque l'édifice s'est effondré en 2013, tuant 1127 personnes et en blessant environ 2500.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario