•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Colère à Plaisance, T.-N.-L. : la Ville a abandonné son nom français

Placentia

Placentia portait le nom de Plaisance quand elle était la capitale française de Terre-Neuve, en 1662.

Photo : Radio-Canada/Philippe Grenier

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Ville de Plaisance, dans le sud-ouest de la péninsule d'Avalon, revêt une importance particulière pour les Franco-Terre-Neuviens puisqu'elle a été la capitale de la colonie française à Terre-Neuve, de 1662 à 1713.

Le nouveau logo de PlaisanceAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le nouveau logo de Plaisance

Photo : Ici Radio-Canada/Philippe Grenier

C'est pourquoi la poignée de francophones qui y reste a constaté avec fureur, récemment, que le nom historique avait disparu des affiches qui accueillent les visiteurs aux abords de la municipalité. Seul subsiste le nom anglophone, Placentia.

Pour la présidente de l'Association française de Plaisance, Rachelle Connors, c'est un affront aux francophones et à l'histoire.

« Pourquoi vous avez enlevé ça, vous n'avez pas d'affaire à enlever ça, vous n'avez aucune affaire à changer l'histoire, la réécrire de nouveau, alors c'est ça qui est mon but, faire changer ça, pis je veux le changer bientôt là, pas 5 ans plus tard! »

— Une citation de  Rachelle Connors, présidente de l'Association française de Plaisance
Rachelle Connors, présidente de l'Association française de PlaisanceAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Rachelle Connors, présidente de l'Association française de Plaisance

Photo : Ici Radio-Canada/Philippe Grenier

Le nom de Plaisance a disparu du nouveau logo de la Ville lorsqu'elle a voulu se doter d'une nouvelle image de marque. Elle a retenu les services d'une entreprise de Saint-Jean, Open Communications, qui a proposé un logo simple avec le seul nom de Placentia. C'est toutefois le conseil municipal, en définitive, qui a approuvé ce logo qui fait abstraction d'un pan de son histoire.

Une longue présence francophone

La poignée d'irréductibles francophones qui subsiste à Plaisance est sur le sentier de la guerre. Les francophones ont été présents très tôt à Plaisance : des pêcheurs basques y ont construit un établissement permanent dès 1626. Et la Couronne française, sous Louis XIV, a fait de Plaisance une colonie royale en 1662.

« Il a appelé ça Plaisance, pas Placentia, pas Plancendia, il l'a appelé Plaisance, vraiment en réalité le nom Placentia ne devrait pas être là, c'est Plaisance qui devrait y être! »

— Une citation de  Rachelle Connors

« J'aimerais penser que c'est une faute qu'ils ont faite et ça devrait être corrigé! »

— Une citation de  Edmond Ouellette, propriétaire du gîte The Best Kind, Plaisance, T.-N.-L.

La Municipalité, toutefois, persiste et signe. Il n'est pas question pour le moment de revenir en arrière. Selon le maire, Wayne Power, le nouveau logo a rajeuni l'image de la municipalité. Il permettra plus facilement, selon lui, d'attirer de nouveaux résidents, des investisseurs et des touristes... francophones y compris.

Il souligne qu'il reste bien des signes du passé français de Plaisance : des noms de rue bilingues et des affiches également. « Nous serons toujours l'ancienne capitale de l'île, dit-il, et nous en sommes fiers. »

Le maire de Plaisance, Wayne PowerAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le maire de Plaisance, Wayne Power

Photo : Ici Radio-Canada/Philippe Grenier

Des membres de son conseil, cependant, sont ébranlés par la controverse. Noella Collins affirme que la Ville a fait une erreur et qu'il faut travailler à la corriger. Le maire lui-même laisse la porte ouverte à une révision. « Il ne faut jamais dire jamais », lance-t-il.

Rachelle Connors voudrait que les choses avancent vite pour que les touristes francophones soient de nouveau accueillis, lorsque la saison estivale s'ouvrira dans quelques semaines, à Plaisance plutôt qu'à Placentia.

« Combien de touristes qui viennent du Québec, même de l'Europe, qui parlent français, qui sont étonnés de voir le français à Plaisance... qu'est-ce qu'on a d'unique maintenant? Rien! »

D'après le reportage de Philippe Grenier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie