•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alexandre Taillefer met la main sur le Voir 

Alexandre Taillefer achète Voir
Radio-Canada

L'hebdomadaire Voir devient la propriété du fonds québécois XPND Capital, dirigé par Alexandre Taillefer, connu pour sa participation à l'émission Dans l'oeil du dragon de Radio-Canada.

La transaction comprend aussi le Guide restos Voir, un atelier de productions de sites web et la boutique voir.ca, qui intéresse particulièrement Alexandre Taillefer. Il voit un bon potentiel de croissance pour cette plateforme consacrée aux commerces et à la culture d'ici.

Les actions de l'entreprise étaient détenues par son fondateur, Pierre Paquet. Le montant de la vente n'a pas été dévoilé.

L'arrivée des nouvelles technologies de l'information a bouleversé l'industrie des médias traditionnels. En misant sur sa réputation bien établie, l'équipe de Voir a su réinventer son modèle d'affaires et s'adapter à cette nouvelle réalité. Nous sommes particulièrement intéressés par le potentiel de croissance de la Boutique Voir (boutique.voir.ca), une plateforme unique en son genre, qui met de l'avant les commerces et la culture d'ici.

Alexandre Taillefer, associé principal chez XPND Capital

Fondée en 1986, Communications Voir a démarré ses activités en tant qu'éditeur du journal Voir. L'entreprise est depuis près de 30 ans un incontournable de l'actualité culturelle, gastronomique et de l'art de vivre.

Elle possède Boutique Voir, Voir.ca, Guide restos Voir, Recettes de chefs, Atelier Voir (production de sites web), les journaux bimensuels : Voir Montréal et Québec, Diffumag (société de distribution) ainsi que Panoramik, un réseau d'affichage intérieur.

Depuis quelques années, le nombre de pages et l'influence générale de la publication avaient cependant considérablement chuté, en raison en bonne partie de la crise que traversent la presse en général et les journaux gratuits

L'entreprise emploie plus de 50 personnes au Québec.

Économie