•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Rimouskois préoccupés par l'avenir de leur cathédrale

Environ 200 personnes se sont présentées à l'assemblée d'information sur l'avenir de la cathédrale de Rimouski.

Environ 200 personnes se sont présentées à l'assemblée d'information sur l'avenir de la cathédrale de Rimouski.

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une assemblée publique sur l'avenir de la cathédrale de Rimouski a réuni plus de 200 personnes mardi soir, à l'église Saint-Pie-X. Les citoyens avaient beaucoup de questions à poser sur le projet du Comité Cathédrale 1862.

Le projet consiste à rénover le bâtiment, à réaménager l'intérieur et à lui donner une nouvelle vocation au profit d'organismes sans but lucratif.

Le plus pressant : colmater les infiltrations d'eau

L'architecte Benoit Proulx, qui a effectué le carnet de santé de la cathédrale, estime que la structure et les fondations de l'édifice sont en bon état malgré les infiltrations d'eau dans la toiture et la maçonnerie.

« Bien qu'elle ait besoin de travaux urgents, la cathédrale de Rimouski est solide », a affirmé l'architecte Benoit Proulx devant les citoyens qui ont assisté à l'assemblée publique sur l'avenir du bâtiment.

Il a cependant rappelé que des travaux pressants devaient être effectués pour colmater les infiltrations d'eau pour éviter des dommages irréparables à l'immeuble qui a été construit en 1862.

Il n'y a pas de risque qu'elle s'effondre. Il faut s'y attaquer le plus rapidement possible, dans un ordre logique.

L'architecte Benoit Proulx

Consultation publique nécessaire

Le maire de Rimouski, Éric Forest, dit vouloir faire les démarches pour acquérir le terrain de la Place des Anciens combattants. Il veut accompagner le comité pour faire reconnaître la valeur patrimoniale de la cathédrale.

Il indique qu'une consultation publique sera nécessaire pour la suite de l'engagement de la Ville.

Quant à devenir propriétaires on a n'a pas statué encore. Il faut pousser plus loin la réflexion et savoir quels sont les coûts.

Le maire de Rimouski, Éric Forest


Le président du Comité, Louis Khalil, affirme que la participation de la Ville est essentielle au projet.

« Il y a trois étapes. On doit amasser de l'argent pour rénover et réaménager. Une fois les organismes installés, ils devront ensuite assumer les frais de fonctionnement annuels. C'est à long terme qu'il y aura d'autres travaux et c'est à ce moment-là qu'on va demander la participation de la Ville. »

Pour sa part, le député de Rimouski, Harold Lebel, offre son appui au comité Cathédrale 1862.

Il compte interpeller la ministre de la Culture et des Communications, Hélène David, en temps opportun, en faveur du classement de la Cathédrale comme immeuble patrimonial.

Sa valeur patrimoniale altérée par des rénovations de 1967

Pour sa part, l'ex-président du Conseil du patrimoine religieux du Québec, Michel Lavoie, considère qu'il sera difficile de convaincre Québec de la valeur patrimoniale de la cathédrale.

Selon lui, la cathédrale de Rimouski n'a obtenu qu'une cote « D » sur la liste du patrimoine religieux du Québec parce que les rénovations effectuées en 1967 ont masqué sa décoration d'origine.

Questions et suggestions du public

Des gens du public ont demandé comment fonctionne l'attribution des subventions, quelles sont les subventions possibles, à quel moment le projet sera déposé et quelles sont ses chances de succès.

Est-ce que la Ville s'est commise sur le mode d'un référendum ou sur un vote à l'hôtel de ville?

Une citoyenne

Un citoyen a aussi voulu savoir s'il faudra attendre de connaître tous les détails du montage financier avant de démarrer une campagne de communication.

Projet entériné par l'archevêché et la fabrique

L'archevêché et la fabrique Saint-Germain ont entériné le projet de changement de vocation et d'en faire don à un organisme à but non lucratif. Le comité doit toutefois convaincre Rome que le siège de l'église du diocèse de Rimouski n'est plus la cathédrale, mais une autre église.

La fabrique a accepté d'assumer les coûts de la démarche pour faire classer la cathédrale « immeuble patrimonial » par le Conseil du patrimoine du Québec.

Le Comité Cathédrale 1862 souhaite que la Ville de Rimouski devienne propriétaire et prenne la responsabilité de l'entretien à long terme de la cathédrale.

Il faut aussi convaincre la Ville de Rimouski d'acheter le terrain Place des Anciens combattants et de prendre en charge la cathédrale une fois restaurée.

Les travaux de restauration du toit, des murs et du clocher, entre autres, s'élèvent à cinq millions de dollars, selon des architectes et ingénieurs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec