•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Défectuosité chez GM : entente à l’amiable avec la famille d’une victime

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

General Motors (GM) s'est entendu à l'amiable avec la famille d'une victime qui a péri au volant d’une voiture défectueuse fabriquée par le constructeur automobile. 

Un texte d'Éric PlouffeTwitterCourriel

La famille de Danny Dubuc-Marquis, un jeune de Roxton Pond qui est mort en juin 2013 au volant d'un véhicule de General Motors, va recevoir une indemnisation du constructeur automobile américain.

Elle fait partie des familles d'environ 90 personnes décédées lors d'accidents attribuables à des commutateurs d'allumage défectueux dans des véhicules de la compagnie GM, qui vont recevoir une indemnité.

Selon le bureau d'avocats Gaudet, Cabanac et Piette, de Granby, qui représente les parents de Danny Dubuc-Marquis, l'entente à l'amiable a été acceptée le 23 mars dernier. « Une entente est intervenue hors cour avec le fabricant automobile GM. Nos clients sont satisfaits du règlement qui est intervenu », annonce l'une des avocates de la famille, Me Leilani Piette.

Les avocats n'ont pas voulu divulguer les détails de l'entente et le montant d'indemnisation.

« C'est sûr que nous avons les mains liées par rapport à tout montant. Ça fait partie des clauses de l'entente », affirme Me Piette.

L'entente ne signifie pas par ailleurs que GM reconnaît une quelconque responsabilité dans l'accident qui a coûté la vie au jeune homme de 23 ans en 2013. « Dans n'importe quel règlement hors cour, il n'y a jamais d'admission de responsabilité de part et d'autre. Donc, on ne peut rien conclure par rapport à cela », précise l'avocate.

Danny Dubuc-Marquis est mort près de Roxton Pond, en Montérégie, après avoir perdu le contrôle de sa Cobalt 2007. Le rapport du coroner mentionnait que le véhicule présentait « la défectuosité de l'interrupteur d'allumage » faisant l'objet d'un rappel de GM. La défectuosité peut faire bouger la clé de contact, provoquer l'arrêt du véhicule et empêcher les sacs gonflables de se déployer.

En octobre dernier, l'émission Enquête révélait que le ministère des Transports du Canada était au courant de l'existence possible d'un problème lié au commutateur d'allumage de la Cobalt de Chevrolet, et ce, huit mois avant que General Motors Canada ne procède à un rappel de sécurité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !