•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Québec veut encadrer l'hébergement illégal

    Québec veut encadrer l'hébergement illégal comme Airbnb
    Radio-Canada

    Le gouvernement Couillard entend encadrer, sanctionner et taxer les services d'hébergement touristique illégaux, comme Airbnb. Le Québec deviendrait ainsi la première province canadienne à encadrer ce que la ministre du Tourisme, Dominique Vien, appelle un « système parallèle ».

    Un texte de Julie DufresneTwitterCourriel

    Ce qui n'est pas permis, c'est que certaines personnes s'annoncent là-dessus et annoncent un produit qui, lui, ne répond pas à notre réglementation. C'est ça le problème.

    La ministre du Tourisme, Dominique Vien, lors de l’étude des crédits de son ministère mardi

    À Montréal, à Québec, au Canada et partout dans le monde, de plus en plus de gens louent leur propriété aux voyageurs pour une fraction du prix que ces derniers paieraient à l'hôtel.

    Sur Internet, les offres d'hébergement par des particuliers pullulent. Chambres avec accès à la cuisine et à la salle de bain, maisons, condos : il y en a pour tous les goûts et à tous les prix.

    Le gouvernement de Philippe Couillard estime qu'il est temps d'encadrer cette industrie parallèle.

    Il y aura un pan important sur l'hébergement illégal. Sans aucun doute. ça m'amènera, moi, à déposer une pièce législative.

    La ministre du Tourisme, Dominique Vien, lors de l’étude des crédits de son ministère mardi

    Selon nos informations, le gouvernement souhaite non seulement imposer une taxe d'hébergement, mais aussi contraindre ceux qui offrent de l'hébergement à débourser un montant équivalent à celui que paient les hôteliers à la Corporation de l'industrie touristique du Québec pour la classification de leur établissement.

    « La taxe fait partie d'une solution possible », a convenu la ministre Vien lors de l'étude des crédits de son ministère mardi, sans préciser davantage ses intentions.

    Québec veut aussi, de cette façon, s'assurer que les hôteliers ne soient plus les seuls à financer la promotion touristique. Québec va d'ailleurs explorer les sanctions possibles.

    Le directeur d'Airbnb, Aaron ZifkinLe directeur d'Airbnb, Aaron Zifkin

    Les hôteliers se réjouissent

    L'Association des hôteliers, qui milite pour l'équité depuis des années, se réjouit, mais demeure prudente.

    « C'est un pas dans la bonne direction », indique Patrick Thévenard, vice-président de l'Association des hôteliers du Québec. Ce qu'on a demandé et ce qu'on demande tant qu'il n'y a pas de nouvelle loi, c'est qu'il y ait une équité, que ce que paie un légal soit payé par un illégal. Et que quelqu'un qui veut rester illégal, il y ait des conséquences. »

    À l'heure actuelle, les contrevenants s'exposent à des contraventions qui vont de 750 $ à 2250 $ par jour, et jusqu'à 6750 $ en cas de récidive.

    Le directeur d'Airbnb Canada, le site Internet le plus populaire pour ce type d'hébergement, accessible dans 190 pays, dit collaborer avec le gouvernement.

    « Les discussions avancent, dit Aaron Zifkin. Le problème auquel nous faisons face, c'est que, présentement, il y a des lois pour les particuliers, et d'autres pour les entreprises. »

    La question, c'est de déterminer à quel moment quelqu'un qui loue sa résidence occasionnellement est considéré comme une entreprise, et taxé de la sorte.

    Le directeur d'Airbnb, Aaron Zifkin

    La ministre du Tourisme estime qu'elle doit légiférer parce que cette réalité est là pour longtemps. Elle espère que son projet de loi sera en vigueur en 2016.

    Est du Québec

    Économie