•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Caisse Desjardins de Rimouski : Bernard Landry vante les vertus coopératives

Bernard Landry

Bernard Landry

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

« Le Mouvement des caisses Desjardins doit se comporter comme une coopérative et non comme une banque capitaliste », a déclaré l'ex-premier ministre du Québec Bernard Landry, à l'occasion de l'assemblée générale annuelle de la Caisse populaire de Rimouski.

Selon lui, la multiplication des fermetures de points de service en région rurale éloigne les caisses Desjardins du principe à la base du mouvement coopératif.

Elles ne doivent pas être attirées uniquement par la rapacité, le gain. On fait une fusion et on s'en fiche de ce qui arrive dans tel village parce qu'on va épargner de l'argent.

Une citation de :L'ex-premier-ministre du Québec Bernard Landry

Le Québec : un modèle

Bernard Landry a cité le Québec en exemple pour la force de son mouvement coopératif.

« Le Québec est un modèle dans le monde. C'est la société occidentale où la coopérative a le rôle le plus important. On montre qu'on peut créer de la richesse par le capitalisme, par l'action de l'État, mais aussi par une merveilleuse formule qui s'appelle la coopération. »

Un rôle à jouer pour lutter contre la corruption à grande échelle

Dans un contexte économique plus large, Bernard Landry a invité les membres du Mouvement Desjardins à la vigilance et à être des gardiens de l'intégrité des institutions financières au Québec comme ailleurs sur la planète.

Pour lui, le Mouvement Desjardins a un rôle à jouer pour lutter contre la corruption à grande échelle.

Il faut qu'ils prouvent qu'on peut créer de la richesse et la gérer parfaitement en respectant les valeurs sociales, en tournant le dos à la rapacité qui nous a fait tellement de tort.

Une citation de :L'ex-premier-ministre du Québec Bernard Landry

Pétrole, éolien et hydroélectricité : le pour et le contre

L'ancien premier ministre du Québec se dit hautement favorable à la recherche et à l'éventuelle exploitation des ressources pétrolières en Gaspésie ou sur l'île d'Anticosti. Elle doit cependant se faire dans le respect des normes environnementales.

Citant l'exemple de la Norvège, M. Landry va jusqu'à dire que l'exploitation pétrolière est un devoir pour assurer le développement économique du Québec.

Au sujet de l'énergie éolienne, Bernard Landry reconnaît qu'il se mène actuellement une campagne de dénigrement contre cette énergie verte. Selon lui, certaines des critiques ne sont pas sans fondement dans la mesure où cette industrie est nouvelle et en développement. Il a rappelé tout le potentiel hydroélectrique du Québec et combien cette énergie a fait ses preuves dans le passé.

Il a comparé les deux sources d'énergie. « Le barrage électrique tourne 365 jours par année. L'éolien lui, quand il ne vente pas, il arrête. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec