•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vente des ports fédéraux dans l'Est du Québec

Le port de Baie-Comeau

Le port de Baie-Comeau

Photo : Ville de Baie-Comeau

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral a annoncé son intention de vendre tous les ports qu'il possède dans les trois régions de l'Est du Québec, sauf celui de Sept-Îles.

Ottawa lance un nouveau programme de transfert à des intérêts locaux d'une cinquantaine d'installations portuaires appartenant à Transports Canada. Le processus de vente commencera cet été. Cette volonté s'inscrit dans le cadre d'un programme pan-canadien de cession de ports fédéraux.

Les villes concernées

Sur la Côte-Nord, 11 ports figurent sur la liste. Plus de la moitié sont situés en Basse-Côte-Nord. On y retrouve également des ports de la Gaspésie, comme celui de Matane, Gaspé, Cap-aux-Meules et Carleton. Au Bas-Saint-Laurent, parmi les ports mis en vente, figurent ceux de Rimouski, Gros-Cacouna, Pointe-au-Père et Matane.

La Corporation de gestion du port de Baie-Comeau attend toujours un engagement clair de Transports Canada par rapport à la réfection des infrastructures.

L'un des administrateurs de la Corporation qui souhaite reprendre localement la gestion du port, Guy Simard, croit que le gouvernement du Canada doit s'engager à investir les quelque 20 millions de dollars nécessaires à la réfection des infrastructures avant de les céder.

On souhaite mettre en place une autorité portuaire locale, avec de gens du milieu d'affaires. Ces gens-là vont par la suite transiger avec le gouvernement du Canada, et faire mettre à niveau notre infrastructure portuaire.

Guy Simard, administrateur de la Corporation de gestions du port de Baie-Comeau

L'occasion d'une relance?

La Ville de Carleton-sur-Mer salue ce programme. Le responsable du développement économique et touristique, Alain Bernier estime que les nouvelles mesures sont beaucoup plus flexibles.

« Dans le nouveau programme ce qui est intéressant c'est que les nouveaux exploitants pourront avoir une marge de manoeuvre, pour d'autres utilisations qui répondent mieux aux besoins locaux », précise-t-il. La ville de Carleton-sur-Mer a l'intention d'abandonner la vocation commerciale du port pour développer le nautisme.

De son côté, le député de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques, Guy Caron, voit le nouveau programme de cession de ports fédéraux comme une suite logique au désengagement du gouvernement fédéral pour les régions du Québec. Cependant, il estime qu'une telle cession d'actifs peut être l'occasion d'une relance. 

Acheteurs potentiels 

Les installations portuaires seront d'abord proposées aux autres ministères fédéraux, aux provinces et aux municipalités. Si aucune partie n'est intéressée, elles seront proposées aux communautés autochtones, aux entreprises privées, aux organismes non gouvernementaux, aux administrations portuaires et aux particuliers.

Depuis 1996, Ottawa a cédé 499 ports, ce qui a entraîné des économies de plus de 470 millions de dollars pour les contribuables canadiens.

Le gouvernement fédéral a annoncé son intention de vendre tous les ports qu'il possède dans les trois régions de l'Est du Québec, sauf celui de Sept-Îles.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le gouvernement fédéral a annoncé son intention de vendre tous les ports qu'il possède dans les trois régions de l'Est du Québec, sauf celui de Sept-Îles.

Photo : Ici Radio-Canada

Est du Québec

Économie