•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pipelines : le Wildrose juge la position de Rachel Notley « dangereuse »

La chef du NPD albertain Rachel Notley lors de la présentation de la plateforme électorale de son parti, dimanche.

La chef du NPD albertain Rachel Notley lors de la présentation de la plateforme électorale de son parti, dimanche.

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Wildrose qualifie d'« idées dangereuses » la réticence du NPD albertain vis-à-vis des projets de pipelines Northern Gateway et Keystone XL.

Un texte de Samuel Danzon-ChambaudTwitterCourriel

« Pendant une période d'incertitude économique, les Albertains ne peuvent pas se permettre d'avoir ces idées dangereuses », écrit le chef du Wildrose, Brian Jean, dans un communiqué diffusé samedi.

« Il est essentiel que nous continuions notre travail pour défendre le pipeline Keystone XL », poursuit-il à propos du projet devant relier l'Alberta au sud des États-Unis. M. Jean souhaite aussi que Northern Gateway, vers la Colombie-Britannique, soit construit « le plus rapidement possible ».

Or noir à vendre. Consultez notre dossier.

La chef néo-démocrate Rachel Notley avait indiqué plus tôt au Calgary Herald qu'elle ne comptait pas se rendre à Washington pour faire du lobbyisme en faveur de Keystone XL. Si nommée première ministre après les élections provinciales du 5 mai, elle arrêterait également tout soutien à Northern Gateway.

Mme Notley est toutefois en faveur en projet d'expansion du pipeline Trans Mountain entre l'Alberta et la Colombie-Britannique. Elle appuie aussi le projet d'oléoduc Énergie Est vers le Québec.

En février, le président américain Barack Obama avait utilisé son droit de veto pour rejeter le projet de loi du Congrès approuvant Keystone XL. Bien qu'autorisé par Ottawa en juin, Northern Gateway fait face à des procédures judiciaires lancées par plusieurs Premières Nations.

Une décision pour ajouter un second oléoduc à Trans Mountain est toujours en attente. Les promoteurs du projet Énergie Est cherchent d'autres ports pétroliers au Québec, après l'échec d'une possible implantation à Cacouna.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !