•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa veut plus de femmes aux conseils d'administration

Des hommes qui siègent à un conseil d'administration

Des hommes qui siègent à un conseil d'administration

Photo : iStock / iStockPhoto

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement fédéral veut augmenter le nombre de femmes figurant aux conseils d'administration (CA) des entreprises canadiennes en les obligeant à adopter une politique de la diversité - sans quoi elles seront forcées d'expliquer publiquement les raisons de leur refus.

Le dernier budget des conservateurs propose des amendements à la Loi canadienne sur les sociétés par actions pour que toutes les entreprises cotées en bourse adhèrent au modèle « se conformer ou s'expliquer » pour accroître le nombre d'administratrices.

Le gouvernement s'adressera aussi aux entreprises qui ne sont pas inscrites à la cote d'un marché boursier pour encourager l'embauche féminine, mais aussi pour s'assurer que les élections au conseil d'administration et les communications soient à jour.

Plusieurs sociétés et groupes de femmes demandent depuis des années au gouvernement de légiférer pour améliorer la situation.

L'organisme indépendant sans but lucratif Catalyst a découvert, à l'aide d'un sondage mené à l'échelle internationale, que le portrait de la situation était bien différent selon les pays.

Parmi les 20 pays sondés, la Norvège arrive en tête, alors que 35,5 % des membres des CA sont des femmes. Le Japon est en queue de peloton avec un maigre 3,1 % de femmes au sein de ses administrateurs. Le Canada figure au neuvième rang, à 20,8 %, dépassant ainsi les États-Unis et l'Australie qui ont tous deux 19,2 %.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !