•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Cru du Clocher, patrimoine alimentaire mondial?

Fromage Cru du Clocher, de la fromagerie Fromage au village de Lorrainville, Témiscamingue.

Fromage Cru du Clocher, de la fromagerie Fromage au village de Lorrainville, Témiscamingue.

Photo : Sandra Ataman

Radio-Canada

Le fromage au village, de Lorrainville, pourrait être défini comme patrimoine alimentaire mondial, par l'Arche du goût, de Slow Food. 

Un texte d’Émélie Rivard-BoudreauTwitterCourriel

Du 22 au 26 avril, Slow Food Abitibi-Témiscamingue participe à la 10e réunion nationale de Slow Food Canada. Pour la première fois, on y organisait un forum régional des communautés de la nourriture. Parmi la trentaine d'exposants du premier Terra Madre St-Laurent, on y retrouvait la fromagerie Le fromage au village, de Lorrainville.

On essaie de protéger les formages au lait cru qui sont en voie de disparition. 

Ghislain Trudel, président de Slow Food Abitibi-Témiscamingue

Selon le président de Slow Food Abitibi-Témiscmamingue, Ghislain Trudel, le fromage au lait de la fromagerie pourrait être répertorié par l'Arche du goût de Slow Food comme aliment à protéger de l'industrialisation.

« On va le présenter à l'Arche du goût, au niveau international. L'Arche du goût, ce sont des aliments qu'on veut protéger, qu'on ne veut pas qui disparaissent [...] parce que c'est des aliments dont on connaît l'origine, d'où provient le lait, la race laitière, qui le fournit, comment il est fabriqué... », explique Ghislain Trudel. 

L'Arche du goût

Depuis 1996, plus de 800 produits de plus de 50 pays ont été ajoutés à l'Arche de goût internationale.

La liste comprend des plats cuisinés, des produits alimentaires, un grand nombre d'animaux de race, ainsi que des légumes et des fruits aux saveurs presque oubliées.

Un premier Terra Madre à Montréal

Le premier forum régional des communautés de la nourriture, Terra Madre St-Laurent, traite des thèmes de la biodiversité agroalimentaire et du lien à la terre.

Les participants de partout au pays, revendiquent ensemble le même message. « On aimerait que nos politiciens se trempent un peu plus pour avoir une politique alimentaire canadienne. Le gouvernement écoute celui qui paye. Ils vont écouter des compagnies comme Mosanto [...] et vont faire des politiques avec eux autres », clame Ghislain Trudel. 

Si le citoyen ne se mobilise pas dans ce dossier-là, on va avoir un sérieux problème de dépendance alimentaire.

Ghislain Trudel, président Slow Food Abitibi-Témiscamingue

Le mouvement Slow Food a pour but de promouvoir l'alimentation bonne, propre et juste, la sauvegarde des savoirs et savoir-faire traditionnels, ainsi que la création de modèles d'économie locale et durable.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Alimentation