•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hôpitaux : le N.-B. veut privatiser des services non médicaux

La Fédération canadienne des contribuables a découvert que les cafétérias des hôpitaux de la province étaient déficitaires.

La Fédération canadienne des contribuables a découvert que les cafétérias des hôpitaux de la province étaient déficitaires.

Radio-Canada

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick négocie une entente avec une entreprise privée pour gérer les services de cafétéria et d'entretien dans les hôpitaux de la province.

Le ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Victor Boudreau, précise que l'appel d'offres avait été lancé par le gouvernement progressiste-conservateur précédent, et que son gouvernement a sélectionné un soumissionnaire.

Selon M. Boudreau, le Syndicat canadien de la fonction publique a été informé du processus. Il ajoute que les travailleurs des services d'entretien et de cafétéria seront syndiqués. Un certain nombre de postes pourrait être aboli.

Luc Foulem, du Réseau de santé Vitalité, affirme que la privatisation fait l'objet de négociation depuis trois mois. Il estime que le processus va prendre de trois à huit mois. Selon lui, il n'y a pas de perte d'emplois à l'heure actuelle, mais c'est une possibilité à l'avenir.

« C'est une démarche que le gouvernement, il y a quelques années, nous avait demandé d'aborder. De trouver des façons novatrices, avec les nouvelles technologies, d'être plus efficace dans la prestation de services et en même temps de réaliser des économies », affirme M. Foulem.

Le processus inquiète les travailleurs, selon Bernard Brun, vice-président de la section 1252 du Syndicat canadien de la fonction publique.

« Tout de suite, les employés sont énervés. Ils ne savent plus ce qu'il va se passer. [...] On entend que ça va être un contrat d'une dizaine d'années. On sait que la compagnie est là pour faire des économies. C'est l'argent des contribuables qui va payer cette compagnie-là. Encore une fois, le gouvernement va donner notre argent à de grosses compagnies au lieu de le garder dans la province », déplore Bernard Brun.

Le ministre Boudreau croit que la privatisation de ces services va permettre au Nouveau-Brunswick d'économiser des millions de dollars.

Avec les informations de Jacques Poitras et David Maltais 

Acadie

Santé publique