•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Changements climatiques : on ne peut plus les nier, dit Obama

Le président Obama au parc national des Everglades dans le sud de la Floride

Le président Obama au parc national des Everglades dans le sud de la Floride

Photo : La Presse canadienne / Al Diaz /The Miami Herald via AP

Radio-Canada

Le président américain, Barack Obama, a voulu envoyer un message cinglant à ceux qui « nient » ou « ignorent » le réchauffement climatique en cours.

On ne peut plus le cacher.

Le président américain Barack Obama

En déplacement mercredi dans le parc national des Everglades, dans le sud de la Floride, pour marquer la Journée mondiale de la Terre, M. Obama a également abordé l'impact économique des changements climatiques.

D'une superficie d'environ 600 000 hectares, cette vaste réserve naturelle à l'équilibre fragile et dont les marécages sont peuplés de nombreux crocodiles et alligators est le lieu de nidification pour nombre d'oiseaux d'eau en Amérique du Nord et un important couloir de migration.

La montée du niveau des océans met en péril les 82 milliards de dollars de l'industrie du tourisme de la Floride, a mis en garde M. Obama. Chaque dollar d'argent public investi dans les parcs nationaux génère 10 $ au profit de l'économie en général, a précisé le président Obama.

Mais le discours de Barack Obama ne semble pas avoir d'effet sur ses adversaires, notamment les élus républicains. Alors que 2014 a été l'année la plus chaude enregistrée sur la planète depuis le début des relevés de températures en 1880, ces élus républicains font ouvertement part de leur scepticisme quant aux changements climatiques.

Je pense que le climat change parce qu'il n'y a jamais eu d'époque durant laquelle le climat ne changeait pas.

Marco Rubio, sénateur de Floride, candidat déclaré à la Maison-Blanche

Pour M. Rubio, la question est : « quel pourcentage de cela est lié à l'activité humaine? »

Ce duel entre le président Obama et les républicains a lieu à moins de huit mois de la conférence de Paris visant à conclure un accord pour limiter à 2 °C la hausse du thermomètre mondial par rapport à l'ère préindustrielle.

À l'heure où les États-Unis veulent jouer un rôle de meneur en la matière sur le plan international, des résistances et des oppositions se manifestent à Washington même. Le président Obama, avec beaucoup de pédagogie, se contente pour le moment d'appeler à une approche bipartisane sur le sujet.

Changements climatiques
Avec les informations de Agence France-Presse

International