•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les références à Dieu provoquent des remous au sein des AA

AA et athée

Faut-il impérativement croire en Dieu ou à une puissance supérieure pour être membre des Alcooliques anonymes? La question est au coeur d'un débat qui secoue le mouvement dans plusieurs villes d'Amérique du Nord, où des membres adaptent les règles pour y enlever toute référence à Dieu.

Un texte de Francis Plourde TwitterCourriel

Roger C. était au bout du rouleau quand il a rejoint le mouvement des Alcooliques anonymes (AA) il y a maintenant cinq ans.

J'avais toutes sortes de problèmes à cause de l'alcool. Je ne pouvais pas garder un emploi, c'était relation après relation et à un moment donné c'était évident que j'allais mourir si je continuais à boire.

Roger C., membre du mouvement AA Athée

Après avoir été arrêté pour conduite en état d'ébriété, ce résident de Hamilton, en Ontario, s'inscrit dans un centre de thérapie sur les conseils d'amis.

Roger C. s’est rapidement tourné vers les groupes d’Alcooliques Anonymes athées et agnostiques. Des réunions qu’il juge plus honnêtes.Roger C. s’est rapidement tourné vers les groupes d’Alcooliques anonymes athées et agnostiques. Des réunions qu’il juge plus honnêtes. Photo : Ivan Arsovski

C'est par l'intermédiaire de ce centre qu'il découvre les Alcooliques anonymes. « Pour moi, c'était le début d'une autre vie. C'était le début de la possibilité de vivre sans alcool et de vivre plus sainement », dit-il.

Mais un problème se dessine rapidement. Réfractaire à la religion chrétienne, Roger C. se sent mal à l'aise avec l'aspect religieux des réunions.

Toutes les réunions étaient comme ça avec le Notre Père et j'étais pas mal convaincu que je ne pouvais pas rester dans ces AA-là. Je ne pouvais pas le faire à cause de mes convictions personnelles.

Roger C., membre du mouvement AA Athée

Rencontres pour agnostiques et athées : en croissance

Après quelques recherches, Roger C. découvre des groupes pour athées ou agnostiques (Nouvelle fenêtre), où les règles sont adaptées pour enlever toute référence à Dieu, qui est remplacé par la force du groupe. Une véritable révélation : « J'ai participé à la réunion, puis j'ai quitté et j'ai pensé : "Je suis sauvé". »

Lors des rencontres pour les athées ou les agnostiques, les références à une Puissance supérieure sont enlevées, mais le rituel demeure le même. Les membres font confiance à la force du groupe.Lors des rencontres pour les athées ou les agnostiques, les références à une Puissance supérieure sont enlevées, mais le rituel demeure le même. Les membres font confiance à la force du groupe. Photo : Éric Tremblay/ICI Radio-Canada

Dans plusieurs villes d'Amérique du Nord, ces groupes connaissent une popularité croissante. Ils sont aussi critiqués par le mouvement officiel des AA. À Toronto en 2011 et à Vancouver en 2014, ces groupes sont retirés de la liste officielle de l'organisation pour avoir changé les règles.

Conformément à la tradition des Alcooliques anonymes, l'organisation ne commente pas les polémiques internes dans les médias.

C'est un rejet qui est toutefois prévisible, croit le thérapeute Amnon Jacob Suissa, auteur du livre Le monde des AA : « En enlevant les références à Dieu, on s'attaque aux fondements mêmes de l'organisation. Il y a la bible des AA, il y a Bill Wilson, qui a eu un éveil spirituel, et c'est devenu le mythe fondateur. »

Un mouvement avec des racines évangélistes

Créé en 1935 par Bill W. et le Dr Bob, le mouvement des Alcooliques anonymes s'inspire du Groupe d'Oxford, à Akron, en Ohio. « Ça leur aura servi d'inspiration pour faire ce qu'on appelle la chirurgie de l'âme, en invitant les gens à raconter leur parcours et à exposer leurs problèmes », explique Amnon Suissa.

Les 12 étapes, la base du mouvement des Alcooliques anonymes sont basées sur le Grand Livre la Bible des AA.Les 12 étapes, la base du mouvement des Alcooliques anonymes, sont basées sur le « Gros livre », la Bible des AA. Photo : Éric Temblay/ICI Radio-Canada

Dès le départ, des références à Dieu ou à une puissance supérieure sont incluses dans 6 des 12 étapes qui guident le mouvement (voir encadré). Les premiers membres croient fermement que la route vers la sobriété passe par un éveil spirituel.

Si Roger C. accepte les racines religieuses du mouvement, il note toutefois que l'évolution de la société justifie une modernisation de celui-ci. « Le Notre Père a été éliminé des écoles aux États-Unis en 1962 et des écoles primaires canadiennes en 1988, dit-il. Il n'a plus sa place dans les AA. »

Un rejet peu chrétien

Pour Roger C. l'exclusion des mouvements agnostiques et athées par les AA est un problème important : « Ça ne respecte pas le code d'amour et de tolérance des AA et c'est le temps que nous travaillions ensemble pour mettre fin à cette pratique. »

Malgré ce rejet, le mouvement réussit à tisser sa toile en marge des AA traditionnels. Les membres comme Roger C. ont créé tout un réseau en parallèle sur le web. En novembre dernier avait aussi lieu à Santa Monica, en Californie, le premier congrès pour athées et agnostiques.

Mais sans l'appui des AA, leur capacité de rejoindre de nouveaux membres est limitée. Au-delà de la visibilité, pour Roger C. c'est une question de principe.

Notre seul but au sein de AA, c'est que AA soit plus inclusif, qu'il y ait de la place pour tout le monde qui ne veut plus boire. Ça c'est le but primordial de AA et c'est pourquoi je dis toujours qu'on est toujours AA. Si tu veux aider des gens à ne pas boire, tu es 100 % AA.

Roger C., membre du mouvement AA Athée

Des preuves à faire

Selon Amnon Suissa, entre 75 % et 80 % des membres vont quitter le mouvement au cours de la première année. Des études remettent aussi en doute l'efficacité de la démarche. Le spécialiste souligne qu'il s'agit d'un groupe d'entraide et qu'il ne remplace en aucun cas une thérapie personnalisée où on s'attaque aux vrais problèmes du patient.

Malgré tout, le succès des Alcooliques anonymes ne se dément pas : ils sont aujourd'hui plus de 2 millions d'adeptes à travers le monde, selon le site officiel de l'organisation.

Ses membres célébreront les 80 ans de l'organisation du 2 au 5 juillet prochain à Atlanta, en Georgie.

D'après un reportage de Second Regard, à voir ou revoir sur le web.

Les 12 étapes (en gras, les références à Dieu) :

  1. Nous avons admis que nous étions impuissants devant l'alcool et que nous avions perdu la maîtrise de nos vies.
  2. Nous en sommes venus à croire qu'une puissance supérieure à nous-mêmes pouvait nous rendre la raison.
  3. Nous avons confié nos volontés et nos vies aux soins de Dieu tel que nous le concevions.
  4. Nous avons procédé à un inventaire moral minutieux de nous même.
  5. Nous avons avoué à Dieu, à nous-mêmes et à un autre être humain la nature exacte de nos torts.
  6. Nous avons consenti à ce que Dieu élimine tous nos défauts de caractère.
  7. Nous Lui avons humblement demandé de faire disparaître nos déficiences.
  8. Nous avons dressé la liste de toutes les personnes que nous avions lésées et nous avons résolu de leur faire amende honorable.
  9. Nous avons personnellement réparé nos torts envers ces personnes chaque fois que nous pouvions le faire, sans leur nuire, ou porter préjudice à d'autres.
  10. Nous avons poursuivi notre inventaire personnel et promptement admis nos torts dès que nous les avons découverts.
  11. Nous avons cherché par la prière et la méditation à améliorer notre contact conscient avec Dieu tel que nous le concevions , lui demandant seulement de nous faire connaître sa volonté et de nous donner la force de l'exécuter.
  12. Grâce à ces étapes, nous avons connu un réveil spirituel ; nous avons alors essayé de transmettre le message aux alcooliques et d'appliquer ces principes dans tous les domaines de notre vie.

Source : Les Alcooliques anonymes

Société