•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Compost : des bacs bruns partout en région d'ici 2020

Une collecte de résidus alimentaires

Une collecte de résidus alimentaires

Photo : Metro Vancouver

Radio-Canada

Avec l'arrivée du printemps, la MRC de la Vallée-de-l'Or entame sa collecte des résidus verts, qui seront redonnés à la population, une fois décomposés, sous forme de compost. Mais la MRC de la Vallée-de-l'Or, comme bien d'autres MRC au Québec, se prépare à l'implantation du compost alimentaire, puisque le gouvernement du Québec prévoit le bannissement des matières putrescibles dans les sites d'enfouissements d'ici 2020.

Avec les informations de Sandra AtamanTwitterCourriel

Beaucoup de citoyens de la Vallée-de-l'Or attendent avec impatience la collecte des résidus alimentaires, selon le directeur du service de l'environnement à la MRC de la Vallée-de-l'Or, Marco Veilleux.

« Ils nous posent des questions : Quand va-t-on construire une plateforme? Quand la collecte va-t-elle commencer? Au cours des dernières années, on a eu quelques malchances : crise du recyclage, fermeture de Sani-Tri... Ce qui fait que le projet de collecte a dû être reporté pour consolider la filière du recyclage. Maintenant, on se met à plein sur la collecte des résidus alimentaires, qui est notre prochaine grande étape pour la MRC », explique M. Veilleux.

La Vallée-de-l'Or étudie la possibilité d'acheminer les résidus alimentaires à l'extérieur de la région avant de construire sa propre plateforme. Si tout va bien, la collecte pourrait commencer dès l'an prochain.

À Rouyn-Noranda

Rouyn-Noranda aussi étudie la façon d'intégrer la collecte des résidus alimentaires d'ici 2020.

« Est-ce qu'on prend une plateforme municipale? Est-ce qu'on va vers le privé? Quel type de plateforme va-t-on faire? Où est-ce qu'on va l'installer? Comment on peut aussi desservir les quartiers ruraux qui sont plus loin? », s'interroge la coordonnatrice en gestion des matières résiduelles de la Ville de Rouyn-Noranda, Marie-Josée Bart, qui précise que le compostage fait partie de la réflexion qui entoure la rédaction en cours d'un nouveau Plan de gestion des matières résiduelles.

Le Témiscamingue, pionnier du compost

Le Témiscamingue composte quant à lui depuis 2011. La MRC ramasse près de 1300 tonnes de déchets compostables par année. Mais, selon la directrice du centre de valorisation, Cathy Pellerin, il y a encore place à l'amélioration.

« Ce sont les résidus de table, les résidus de jardinage, de la pelouse, des feuilles mortes. Il y a encore des gens quand même qui ne savent pas ce qu'ils peuvent mettre dans leur bac pour les matières organiques. Donc, on a encore beaucoup de matières qui se retrouvent à l'enfouissement », fait-elle valoir, ajoutant que la MRC doit mettre en place une nouvelle campagne de sensibilisation.

Elle aimerait ainsi détourner plus de 1500 tonnes de matières compostables des sites d'enfouissement chaque année.

Abitibi–Témiscamingue

Société