•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Immersion française : les écoles peinent à recruter des enseignants qualifiés

Une classe d'immersion Explore
Radio-Canada

Les écoles de la Colombie-Britannique n'arrivent pas à trouver suffisamment de professeurs qualifiés sur le marché de l'emploi pour enseigner aux enfants inscrits en immersion française.

D'après un rapport de Canadian Parents for French (CPF), 78 % des districts scolaires estiment que les candidats n'ont pas les compétences linguistiques requises.

Presque un tiers des districts soulignent également qu'il est difficile d'attirer les enseignants en raison de l'impossibilité de leur garantir un prolongement de leurs contrats. 38 % des districts affirment que la localité d'une école décourage aussi les professeurs qualifiés.

Les difficultés d'embauche interviennent alors que le nombre d'élèves en immersion française a augmenté de 72 % depuis 10 ans en Colombie-Britannique.

Pareil chez les anglophones

Afin de répondre aux obligations de langue seconde du système éducatif provincial, environ le tiers des enfants inscrits dans les écoles anglophones suivent des cours de français. Cependant, note CPF, 78 % des enseignants en école élémentaire et 71 % des enseignants en école moyenne « ne se sentent pas à l'aise de parler en français. »

Canadian Parents for French propose de mettre l'accent sur des programmes d'échanges qui permettraient aux enseignants de suivre des formations dans une région ou un pays francophone. Il ajoute qu'il faudrait aussi resserrer les liens entre les universités et les districts scolaires.

Colombie-Britannique et Yukon

Éducation