•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cimenterie de Port-Daniel : le point sur la pollution

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Le chantier de la cimenterie de Port-Daniel

Le chantier de la cimenterie de Port-Daniel

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'organisation écologiste Équiterre ne s'oppose pas au projet de cimenterie de Port-Daniel-Gascons, en Gaspésie, même si elle sera la plus grande émettrice de gaz à effet de serre (GES) de la province.

On est plutôt d'accord avec le fait que c'est probablement une cimenterie qui sera plus efficace et plus propre, en quelque sorte, que celles qui existent déjà.

Steven Guilbeault, porte-parole d'Équiterre

Une fois en service, la cimenterie sera la plus importante émettrice de gaz à effet de serre du Québec, avec 1,76 million de tonnes par année.

L'entreprise affirme toutefois que l'usine ne sera pas la plus polluante de la province. « Ciment McInnis sera le plus grand émetteur de GES au Québec, mais sur le plan de la pollution, c'est une autre histoire », soutient la responsable des communications, Maryse Tremblay.

Ciment McInnis assure qu'elle dictera la marche pour les autres cimenteries en s'imposant les normes environnementales les plus sévères en Amérique du Nord.

« Quand on a notre capacité de production en tête qui sera la plus grosse cimenterie au Québec, possiblement au Canada, on comprend pourquoi le chiffre est quand même assez saisissant dans notre cas, indique Maryse Tremblay. Cependant, en intensité, chaque tonne de ciment produite ici à Port-Daniel aura 20 % de moins de GES que la moyenne américaine. »

Pourquoi pas de BAPE? s'interroge Équiterre

Le porte-parole d'Équiterre, Steven Guilbeaut, se demande donc pourquoi Ciment McInnis refuse de se soumettre à l'analyse du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE).

« Elle aurait pu éviter beaucoup de problèmes sur le plan de l'acceptabilité sociale de son projet, croit-il. C'est quand même incroyable que, chez Ciment McInnis, personne n'ait compris ça, alors qu'on voit aujourd'hui qu'on est en mode rattrapage pour essayer de faire comprendre aux gens que c'est un bon projet. »

En février, le gouvernement libéral a présenté un projet de loi qui protège définitivement la cimenterie et le terminal maritime de Port-Daniel-Gascons de toute évaluation menée par le BAPE.

Avec les informations de Martin Toulgoat

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec