•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Leitao satisfait du budget fédéral, avec certaines réserves

Le ministre des Finances du Québec Carlos Leitao

Le ministre des Finances du Québec Carlos Leitao

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitao, réagit de façon plutôt positive au budget de son homologue fédéral, Joe Oliver.

En point de presse, M. Leitao a estimé que les mesures ciblant les PME, notamment, sont une bonne nouvelle parce qu'elles favorisent la croissance économique au Québec. « Nous sommes pour et cela s'insère très bien dans notre politique économique », a-t-il analysé.

M. Leitao estime cependant que les efforts en matière d'infrastructures sont nettement insuffisants. Il déplore aussi que la demande de Québec au sujet du transfert en matière de santé n'ait pas été entendue. 

Mais le ministre fédéral de la Sécurité publique et de la Protection civile Steven Blaney défend les chiffres du gouvernement conservateur. « On a des investissements records, sans précédent, en matière d'infrastructures. On est impatient de signer avec Québec pour investir dans toutes les régions. Mais également il faut rappeler que les transferts en santé, 7,9 milliards, encore une fois sont des transferts sans précédent parce qu'on pense que c'est important », a-t-il dit.

Le ministre Leitao compte pour sa part travailler avec ses collègues des autres provinces pour faire changer la politique fédérale en matière de transfert aux provinces en santé.

En décembre dernier, au sommet des ministres canadiens des Finances, Carlos Leitao exigeait une augmentation des transferts fédéraux dans les programmes d'infrastructures et en santé. L'Ontario a également réclamé une révision de la formule du transfert en matière de santé.

Dès 2017, Ottawa réduira de 2 à 3 points de pourcentage l'augmentation de ses fonds versés en santé aux provinces, ce qui privera le Québec de 7 milliards de dollars en sept ans. Le financement ne prendra pas en compte les coûts liés au vieillissement de la population et le nombre de personnes âgées que compte chaque province.

De « très mauvais » à un « budget d'abandon »

Le porte-parole du Parti québécois en matière de finances, Nicolas Marceau, affirme pour sa part que le budget actuel est « très mauvais » pour le Québec.

À son avis, le premier ministre Philippe Couillard n'a rien demandé et, donc, n'a rien obtenu du gouvernement fédéral.

Nicolas Marceau estime que le premier ministre Couillard aurait dû réclamer le rétablissement du transfert en matière de santé.

Le porte-parole de la Coalition avenir Québec, François Bonnardel, est content de voir un retour à l'équilibre budgétaire à Ottawa. « Mais c'est un budget d'abandon pour le Québec », a-t-il lancé.

Du côté de Québec solidaire, Françoise David déplore que le budget fédéral offre « si peu » aux contribuables de la classe moyenne. Elle dénonce l'augmentation des postes budgétaires consacrés à la défense et à la sécurité. Elle espère que ce budget sera le dernier du gouvernement conservateur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !