•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Courtiser aussi les entrepreneurs

Le boulanger d'Edmonton, Yvan Chartrand

Le boulanger d'Edmonton, Yvan Chartrand, restera devant ses fourneaux durant le temps des fêtes.

Photo : Jessica L'Heureux/Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les PME, le secteur manufacturier et l'industrie automobile profiteront des nouvelles mesures du budget fédéral pour stimuler l'économie canadienne, qui affiche toujours une croissance timide.

Un texte d'Éric LaroucheTwitterCourriel

Les petites entreprises canadiennes profiteront de la plus importante baisse du taux d'imposition en plus de 25 ans, a déclaré le ministre des Finances, Joe Oliver, dans son discours. Il le diminuera de 0,5 point de pourcentage par année dès 2016, pour passer à 9 % en 2019, pour la première tranche de profits de 500 000 $.

La Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) salue cette mesure qui touche l'ensemble des petites entreprises, ce qui « permet aux entrepreneurs de choisir eux-mêmes là où ils souhaitent investir », souligne la vice-présidente principale de la FCEI, Martine Hébert. Ils pourraient choisir d'acheter des équipements, d'embaucher ou d'augmenter les salaires de leurs employés, ajoute-t-elle.

En 2019-2020, les petites entreprises paieront 1,2 milliard de dollars de moins en impôts sur leurs bénéfices. Sur cinq ans, Ottawa se prive de 2,7 milliards de dollars en revenus.

Également le secteur manufacturier et celui de l'auto

Les entreprises de fabrication pourront amortir plus rapidement les coûts de leurs nouveaux équipements dès l'an prochain et au moins jusqu'en 2026. Le ministre Oliver estime que la mesure permettra à ces entreprises d'investir davantage et d'améliorer la productivité. Le fédéral renonce ainsi à 1,1 milliard de revenus en quatre ans.

Ce budget à saveur électorale vise aussi l'industrie automobile, qui recevra 100 millions de dollars en cinq ans, mais elle devra patienter. Seulement 8 millions sont prévus en 2015-2016. Objectif? Créer le Programme d'innovation pour les fournisseurs du secteur de l'automobile pour les aider à développer un avantage concurrentiel grâce à des produits et procédés novateurs.

Parmi les autres mesures qui visent des secteurs spécifiques :

  • 5,7 millions de dollars sur cinq ans pour de nouveaux marchés pour les produits dérivés du phoque;
  • 6 millions en 2016-2017 et 12 millions l'année suivante pour l'accès aux marchés de l'agriculture;
  • l'exonération des gains en capital pour les fermes et les pêcheurs passe de 813 600 $ à 1 million;
  • 45 millions en quatre ans à partir de 2016-2017 pour « appuyer la création d'une industrie du gaz naturel liquéfié » au pays;
  • 6 millions en 2016-2017 pour développer la chaîne d'approvisionnement de l'aérospatiale;
  • 7 millions en 2015-2016 et le même montant l'année suivante pour Futurpreneur Canada afin de stimuler l'entrepreneuriat chez les jeunes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !