•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un budget qui favorise les riches, dénonce l'opposition à Ottawa

Thomas Mulcair, chef du NPD

Thomas Mulcair, chef du NPD

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Tant les néo-démocrates que les libéraux descendent en flammes le budget présenté par le ministre fédéral des Finances, Joe Oliver. Selon eux, ce budget favorise les mieux nantis, au détriment de la classe moyenne.

« C'est un budget qui est fait sur le dos de la classe moyenne. »

— Une citation de  Justin Trudeau

Le chef néo-démocrate déplore que Stephen Harper « s'entête à aller de l'avant avec le fractionnement du revenu ». « Les mieux nantis vont recevoir un avantage avec le fractionnement du revenu mais cela ne bénéficie qu'à 15% des plus riches au Canada », a-t-il souligné.

Thomas Mulcair réprouve aussi le fait que le gouvernement Harper hausse le plafond de cotisation annuel au Compte d'épargne libre d'impôt (CELI), qui passe à 10 000 $.

« C'est très bien si vous avez 60 000 $ dans vos poches, mais cela n'aide pas beaucoup la famille typique de la classe moyenne », a critiqué le chef néo-démocrate.

M. Mulcair se montre aussi très critique relativement au changement apporté au Fonds enregistré de revenu de retraite (FERR). Selon le chef néo-démocrate, la décision du gouvernement Harper de diminuer le montant que doivent obligatoirement retirer de leur FERR les Canadiens de 71 ans et plus sert maladroitement à compenser sa décision de hausser l'âge de la retraite.

« Au sujet des FERR, pourquoi il est obligé de faire ça? Parce que Stephen Harper [...] n'a jamais mentionné en 2011 qu'il allait augmenter l'âge de la retraite de 65 à 67 ans. Nous, on va le ramener à 65 ans parce que les gens ont le droit à une retraite décente à 65 ans. »

— Une citation de  Le chef néo-démocrate, Thomas Mulcair

Selon Thomas Mulcair, les conservateurs font « un tour de passe-passe », en puisant dans la réserve d'urgence afin d'être en mesure de présenter un budget équilibré.

« Ce n'est pas quelque chose qu'il faut faire le jour du budget afin d'aller chercher quelques milliards de dollars manquants », raille-t-il.

« Le fait qu'ils planifient de remettre [ces deux milliards de dollars dans la réserve] sur de nombreuses années illustre à quel point ce budget comporte de l'improvisation. »

« C'est un budget qui ne se mesurera jamais dans la réalité. Nous sommes déjà bien avancés dans cette année budgétaire et bientôt, ce sera les élections », n'a pas manqué de rappeler le leader néo-démocrate.

« Pas de plan pour la croissance ni pour la classe moyenne », critique Justin Trudeau

Le chef du Parti libéral du Canada, Justin TrudeauAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

De l'avis de Justin Trudeau, les conservateurs de Stephen Harper adoptent des mesures, comme le fractionnement du revenu, qui vont profiter aux Canadiens les plus riches.

« Par exemple, ils accordent un allègement fiscal de 2 milliards de dollars pour les 15 % des Canadiens les plus nantis », a décrié le chef libéral, à l'instar de Thomas Mulcair. Il promet d'ailleurs d'abolir cette mesure s'il accède au pouvoir cet automne.

Justin Trudeau n'approuve pas non plus la mesure favorisant les détenteurs de CELI. Il déplore que le gouvernement Harper mette en place cette mesure tout en effectuant des compressions dans les prestations de sécurité à la vieillesse et promet de renverser la situation, si son parti prend le pouvoir à l'automne.

« Nous allons défaire ce que les conservateurs ont fait relativement au CELI parce que, de ce que je peux voir, il y a très peu de gens au sein de la classe moyenne qui disposent de 10 000 $ à investir à la fin de l'année », a dit le chef libéral.

« Nous avons dit il y a quelques mois que ce gouvernement n'avait pas de plan pour faire face à la baisse des prix du pétrole. [...] Au lieu de présenter un plan, voici qu'ils supposent simplement que les prix du pétrole vont monter d'ici quelques années. »

— Une citation de  Le chef libéral Justin Trudeau

À l'opposition qui accuse le gouvernement conservateur d'avoir fait un budget pour les riches, le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Steven Blaney, rétorque:  « Ce sont d'abord nos familles à faible et à moyen revenus qui profitent de ce budget. Bien sûr on a un retour à l'équilibre budgétaire. Les économies qu'on génère en contrôlant la croissance de l'État on les redonne », a-t-il dit en entrevue à l'émission 24 heures en 60 minutes

L'analyse d'Emmanuelle Latraverse

Mario Beaulieu dénonce les failles sur le plan environnemental

Le chef du Bloc québécois reproche principalement au gouvernement de n'avoir rien prévu au chapitre de l'environnement dans le budget déposé mardi.

« Il n'y a à peu près rien sur l'environnement sauf le recyclage de vieilles promesses », a commenté Mario Beaulieu. « Si le gouvernement investissait autant dans l'électrification des transports que dans l'industrie pétrolière, ce serait déjà un pas dans la bonne direction. »

Mario Beaulieu estime que l'équilibre budgétaire fédéral s'est largement fait sur le dos du Québec en coupant dans les transferts dans la santé.

« Dans le fond, on nous donne de la main droite une petite partie de ce qu'on nous a pris de la main gauche, et on voudrait qu'on dise merci. »

— Une citation de  Mario Beaulieu

Des dépenses « étranges », selon Elizabeth May, du Parti vert

La chef du Parti vert, Elizabeth May, considère que le gouvernement conservateur a fait des choix « étranges » en annonçant des dépenses qui n'entreront en vigueur qu'en 2017-2018.

« Cela reporte quelques-uns des signes les plus encourageants, tels que les investissements en infrastructure », constate Mme May, qui dénonce du même souffle le fait que le gouvernement Harper n'injecte pas suffisamment de fonds dans les transports en commun.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !