•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bouchard humiliée devant les siens

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Eugenie Bouchard

Eugenie Bouchard

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Eugenie Bouchard ne sait plus comment gagner. Pour une deuxième journée de suite dimanche, à l'aréna Maurice-Richard, la septième joueuse mondiale a laissé tomber ses coéquipières canadiennes à la Fed Cup.

Cette défaite a ouvert la voie à la victoire de la Roumanie. Elle accède au groupe mondial grâce à la défaite de Françoise Abanda (260e) contre Alexandra Dulgheru (Nouvelle fenêtre) (69e) 6-3, 5-7 et 6-2.

Après un revers en deux manches identiques de 6-4 contre Alexandra Dulgheru la veille, Bouchard s'est inclinée, cette fois, devant la 104e raquette du monde, Andreea Mitu, 6-4, 4-6 et 1-6.

Pour Bouchard, il s'agit d'un cinquième revers de suite contre une joueuse classée au-delà du top 60. Pourtant, la Roumanie lui avait fait tout un cadeau en remplaçant Irina-Camelia Begu, 33e et blessée, par Mitu.

Sauf que Mitu, toute en puissance, a montré beaucoup d'assurance et de caractère pour souvent prendre Bouchard de vitesse.

Bouchard a couru à sa perte avec seulement 12 coups gagnants contre 33 fautes directes, en plus de subir 6 bris de service, dont 3 dans la dernière manche.

« Oui, je suis découragée, a confié Bouchard en point de presse. Je traverse sans doute le moment le plus difficile de ma carrière. »

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

« Il va falloir qu'Eugenie s'accroche » - Louis Borfiga

La Westmountaise affirme ne pas être blessée, du moins physiquement.

« Je n'ai pas vraiment d'explications. C'est peut-être la guigne de la deuxième année dont tout le monde parle. Mais il y a des choses pires que ça dans la vie. »

Bouchard compte consacrer ses prochaines semaines à l'entraînement. Elle s'est retirée du tournoi de Stuttgart qui commence lundi. Elle ne pense pas rejouer avant le tournoi de Madrid, au début mai.

« Je dois d'abord trouver des solutions. Ce sera un long chemin pour revenir à mon niveau habituel. Ça va prendre du temps, mais je vais être patiente. Je vais perdre des matchs en cours de route, mais c'est le processus. »

Et à ceux qui doutent d'elle, Bouchard a eu cette réponse.

« Je ne parle pas à ces gens-là, je n'ai rien à leur dire. Je fais de mon mieux et c'est tout ce que je peux faire. »

« Elle reviendra encore plus forte »

Louis Borfiga, vice-président du développement à Tennis Canada, constate comme tout le monde que Bouchard traverse une période difficile. Mais il estime qu'à long terme, ça pourrait lui être bénéfique.

« C'est arrivé à d'autres joueuses. Elle passe une période assez compliquée, il va falloir qu'elle s'accroche. Si elle s'accroche et qu'elle surmonte cette difficulté, elle reviendra encore plus forte », affirme le Français de 59 ans qui a défendu les couleurs de Monaco à 40 reprises en Coupe Davis.

Questionné à savoir si la relation entre Bouchard et son nouvel entraîneur Sam Sumyk fonctionnait, Borfiga s'est montré cinglant.

« Vraiment, je voudrais arrêter ça tout de suite. C'est un commentaire ridicule d'associer les défaites à l'entraîneur. L'entraîneur est super bon, il a entraîné (Victoria) Azarenka qui a été numéro un mondiale pendant quatre ans. Il a entraîné (Vera) Zvonareva qui a été 5e mondiale. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !