•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il y a une « crise de confiance » au CHUM, dit Gaétan Barrette

Radio-Canada

Le ministre de la Santé du Québec, Gaétan Barrette, estime qu'une « crise de confiance » perdure au Centre hospitalier universitaire de Montréal (CHUM). Il en veut pour preuve une demande que vient de lui adresser le PDG de l'établissement pour qu'il intervienne dans le processus de nomination du directeur du département de chirurgie.

Cette nomination a été à l'origine d'une précédente crise qui a secoué l'hôpital, le mois dernier. Le PDG du CHUM, Jacques Turgeon, avait dénoncé l'ingérence politique du ministre.

Selon Gaétan Barrette, M. Turgeon lui a récemment écrit pour demander que le ministère dépêche des observateurs au deuxième comité de sélection chargé de trouver un nouveau directeur du département de chirurgie.

Le directeur général du CHUM répondait ainsi à une requête du président du Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens (CMDP) du CHUM, le Dr Paul Perrotte.

Selon La Presse, ce dernier a fait valoir que le processus en cours suscite « une méfiance importante de la part de nombreux membres du CMDP, et principalement du département de chirurgie » et qu'il faut donc les « rassurer ».

Les conditions du ministre

En entrevue à ICI RDI vendredi, le ministre Barrette n'a pas caché son étonnement face à cette demande. Mais il dit l'avoir acceptée, à condition que les observateurs en question soient aussi nombreux que les membres internes du comité, et qu'ils aient le droit de vote.

La direction du CHUM ne lui a pas répondu.

M. Barrette se défend de vouloir s'immiscer à nouveau dans le choix du chef de la chirurgie en imposant ses conditions. « Les gens que je vais envoyer-là seront réputés pour leur neutralité. Mais à la fin, tout le monde sera obligé de s'entendre dans un contexte où ils sont 50 % d'observateurs et 50 % de membres de l'interne. Ils seront obligés de débattre à forces égales et de prendre une décision intelligente. »

Moi, je pense que ce qui est important ici, c'est de ramener la confiance dans le CHUM. C'est faisable, c'est ce que je propose. J'espère qu'ils vont donner suite à cette proposition.

Gaétan Barrette, ministre de la Santé

« Quand on regarde cette situation-là, elle devient complètement rocambolesque, compte tenu du mégadrame qui a été fait par les gens du CHUM » le mois dernier, a-t-il dit. « Mais que voulez-vous? Il faut s'occuper de ça et c'est ce que je vais faire. »

« Il y a un problème dans le CHUM. Il y a un problème de tensions à l'interne, il y a un problème de conflits de personnalités, il y a des problèmes de vision », a déploré Gaétan Barrette. « À un moment donné, les gens dans le CHUM doivent mettre l'intérêt de l'institution avant leurs propres intérêts. »

« Ce qui m'inquiète le plus là-dedans, [c'est que] c'est une institution universitaire. Ça doit générer la confiance, et pas simplement envers des médecins vis-à-vis d'un processus de nomination », a poursuivi le ministre.

Gaétan Barrette souligne que cette confiance est aussi nécessaire pour les employés, qui pourraient craindre la réaction de l'établissement en cas de litige, et pour le public, qui pourrait craindre par exemple que le traitement d'une plainte soit vicié.

« Alors il y a une crise de confiance, et la direction doit rétablir ça », a-t-il conclu.

Selon le ministre Barrette, les conditions qu'il a réclamées à Jacques Turgeon ne sont pas négociables. « Moi, il n'est pas question d'aller aider si je n'ai pas l'assurance que tout va être absolument sans reproches. »

« Je pense qu'il faut avoir des gens de l'extérieur. C'est ce qu'on me demande. Mais il faut que les gens de l'extérieur soient en quantité équivalente, de façon à ce qu'on puisse dire au public qui regarde ça ainsi qu'aux gens à l'intérieur que ce n'est pas juste cosmétique. »

À partir du moment où les externes sont neutres, en nombre égal et votent à la fin, il n'y a personne – ni moi ni à l'interne – qui peut avoir prédominance.

Gaétan Barrette, ministre de la Santé

« Alors, les gens vont s'entendre, et c'est là que la raison va surnager et la décision pourra être prise en toute connaissance de cause et avec la plus grande confiance. C'est tout simplement ça que je demande. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique