•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
La couverture de « L'orangeraie » de Larry Tremblay

La couverture de « L'orangeraie » de Larry Tremblay

Photo : Alto

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Larry Tremblay
Alto

L'orangeraie suit l'histoire de frères jumeaux, Amed et Aziz, devant affronter la cruauté et l'absurdité de la guerre. Ils auraient pu vivre paisiblement à l'ombre des orangers, mais un obus traverse le ciel et tue leurs grands-parents. Leur père, pour venger la mémoire de ces derniers, se laisse convaincre par un chef terroriste de sacrifier au nom de Dieu l'un de ses fils. La guerre s'empare de leur enfance et sépare leurs destins. Sous la forme d'un conte qui pénètre le quotidien de la guerre, L'orangeraie pose des questions cruciales sur le cycle de la violence, le sacrifice et la transmission de la haine. Mêlant la sobriété à un lyrisme tragique, Larry Tremblay crée une véritable onde de choc avec ce petit roman qui a été encensé par la critique et récompensé du Prix des libraires en 2014 et du Prix littéraire des collégiens en 2015. Le roman sera adapté au Théâtre Denise-Pelletier en 2016.

EXTRAIT

Nos ennemis veulent s'emparer de notre terre. Ils veulent notre terre pour construire leurs maisons et engrosser leurs femmes. Quand ils auront envahi nos villages, ils pourront avancer sur la grande ville. Ils tueront nos femmes. Ils feront de nos enfants des esclaves. Et ce sera la fin de notre pays. Notre terre sera souillée par leurs pas, par leurs crachats. Crois-tu que Dieu va permettre ce sacrilège? Le crois-tu, Zohal?

Extrait de « L'orangeraie » de Larry Tremblay

Guy A. Lepage, l'animateur de l'émission « Tout le monde en parle » sur ICI Radio-Canada télé.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Guy A. Lepage, l'animateur de l'émission « Tout le monde en parle » sur ICI Radio-Canada télé.

Photo : Avanti Ciné Vidéo/Karine Dufour

Ce livre a été suggéré par :

Guy A. Lepage
TOUT LE MONDE EN PARLE
ICI RADIO-CANADA TÉLÉ
Dimanche 20 h

J'ai choisi ce roman d'abord à cause de sa puissance d'évocation, un peu comme La peste ou L'étranger de Camus. Dans 50 ou 100 ans, on va être capables de lire ce livre avec les lunettes de l'époque où on sera rendus, parce qu'il sera toujours d'actualité. L'orangeraie raconte l'histoire de deux enfants nés dans le berceau de l'humanité et qui deviennent les instruments d'une guerre violente qui les dépasse, pour des raisons principalement basées sur l'incompréhension mutuelle. De la même manière qu'en lisant La peste, on pourrait remplacer la maladie en question par la grippe espagnole ou le sida, en lisant L'orangeraie, on peut remplacer ce conflit par n'importe quel autre dans le monde. Cela pourrait même fonctionner entre la Corée du Nord et la Corée du Sud. C'est ce qui m'a impressionné, et je comprends pourquoi le roman rafle autant de prix, parce qu'il n'est absolument pas daté. C'est un roman majeur, totalement intemporel et en même temps extrêmement moderne. Ce que j'aime aussi, c'est qu'en trouvant un aussi bon filon, l'auteur aurait pu décider que son livre ferait 700 pages, l'étirer sur deux ou trois générations. Larry Tremblay a choisi la sobriété, et je l'admire pour ça.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !