•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le patron de l'usine Delastek aurait bousculé un employé en grève

Des employés en grève à l'usine Delastek

Des employés en grève à l'usine Delastek

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après 16 jours de grève à l'usine Delastek de Shawinigan, le conflit de travail semble s'envenimer. Le président de l'entreprise, Claude Lessard, aurait poussé un gréviste mercredi, selon le syndicat des employés en grève. Une plainte a été déposée à la Sûreté du Québec (SQ).

La SQ confirme d'ailleurs qu'un homme de 52 ans a été arrêté sur le site de l'entreprise Delastek, hier, sans toutefois le nommer. L'homme a été libéré depuis. On ignore si des accusations seront portées contre lui.

La bousculade qui est à l'origine de ces événements aurait eu lieu sur le site de Delastek. Claude Lessard serait sorti des bureaux de l'usine et s'en serait pris physiquement à l'un des grévistes, qui aurait alors été projeté contre un autre, selon la version du syndicat.

Des gestes « inacceptables »

Luc Deschênes, le représentant des employés en grève depuis le 1er avril, considère que les gestes qui ont apparemment été posés étaient déplacés.

« C'est absolument inacceptable qu'un dirigeant d'entreprise agisse de la sorte. Le droit de grève est un droit reconnu dans notre société tout comme celui de tenir un piquet de grève », indique-t-il.

Cependant, Luc Deschênes ne croit pas que l'incident va changer le ton des négociations avec l'employeur. « La personne qui a fait une plainte l'a faite en son nom personnel et c'est normal que les gens qui se sentent menacés fassent des plaintes », a-t-il dit.

Claude Lessard n'a toujours pas répondu à nos appels.

Une grève qui dure depuis le 1er avril

Une cinquantaine d'employés de l'usine Delastek ont déclenché une grève, le 1er avril. Leur convention collective est échue depuis le 31 mars.

Ils demandent des augmentations de salaire substantielles alors que la direction de l'entreprise dit envisager de délocaliser ses activités au Mexique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !