•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laurentides : les autorités dénoncent le « marché noir du bain » dans des CHSLD

Une marchette dans un CHSLD
Radio-Canada

La pratique des « bains au noir » dans les CHSLD, dévoilée mercredi à l'Assemblée nationale, devra cesser s'il n'en tient qu'au ministre de la Santé, Gaétan Barrette, ainsi qu'au Centre intégré de santé et de services sociaux des Laurentides. 

Un texte de Francis LabbéTwitterCourriel

« C'est sur-le-champ que ça cesse », a affirmé Daniel Corbeil, président-directeur général adjoint du Centre intégré de santé et de services sociaux des Laurentides. La haute direction du CISSS affirme n'avoir été mise au courant de cette pratique que mercredi. 

Daniel Corbeil affirme qu'une évaluation des besoins des patients sera effectuée. « Si des patients contribuent à ce service, qu'ils soient réévalués. Si ils ont besoin de services d'hygiène supplémentaires, nous allons leur offrir des noms d'entreprises reconnues qui offrent ce type de service et qui ne sont pas en conflit d'intérêts », explique M. Corbeil.

Inacceptable pour le Comité des usagers...

« Ce sont des pratiques qui peuvent amener de l'abus et il faut y mettre fin », selon Pierre Blain, directeur général du Regroupement provincial des comités d'usagers. « Mais si il y a une demande, c'est qu'il y a un besoin », poursuit M. Blain.

« Je ne pense pas qu'un bain par semaine soit suffisant mais je peux comprendre qu'il y ait des restrictions administratives. Peut-être pourrait-on penser à d'autres solutions, plus faciles et sécuritaires, comme la douche ? »

« Ce n'est pas aux familles à payer pour un service qui devrait être une nécessité. Il faut se demander, en tant que société, ce que nous voulons pour nos personnes âgées. »

C'est un service public. Ce n'est pas aux usagers à payer pour ça

Pierre Blain, Regroupement provincial des comités d'usagers de la santé

... et pour la CSN

« On est en train de normaliser le fait de donner un bain par semaine », s'indigne Jeff Begley, président de la Fédération de la santé et des services sociaux à la CSN. « Pourquoi pas une fois par mois, tant qu'à y être ? C'est indécent. »

Nous dénonçons nous aussi le travail au noir et nous reconnaissons le fait que les employés sont en conflit d'intérêts, comme le dit le ministre. Mais il est hypocrite.

Jeff Begley, président de la Fédération de la santé et des services sociaux de la CSN

« Ça fait des années qu'il est de notoriété publique que les médecins dans les hôpitaux se réfèrent des patients à l'externe, dans leurs cliniques. Ça aussi, c'est le même conflit d'intérêts. La différence, c'est que quand il s'agit des préposés aux bénéficiaires, l'activité va s'interrompre dans les vingt-quatre heures suivant une directive. Pour les médecins, il ne se passe rien. »

« Le gouvernement veut introduire le privé et le ministre a donné l'instruction que si le patient en veut plus, il paiera plus à l'extérieur du réseau », affirme M. Begley.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Société