•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le premier ministre de l'Inde amorce sa visite de trois jours au pays

Le premier ministre indien, Narendra Modi, serrant la main de Stephen Harper au Sommet du G20 à Brisbane le 15 novembre 2014.

Le premier ministre indien, Narendra Modi, serrant la main de Stephen Harper au Sommet du G20 à Brisbane le 15 novembre 2014.

Photo : La Presse canadienne / PC/Adrian Wyld

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Canada a reçu de la visite rare mardi soir : celle du premier ministre indien, Narendra Modi. Il faut en effet remonter à 1973 pour voir un premier ministre de l'Inde venir visiter le Canada. Indira Gandhi était alors venue rencontrer l'ancien premier ministre canadien Pierre Trudeau.

Le voyage du premier ministre indien doit s'étendre sur trois jours. Il est arrivé à Ottawa mardi soir pour participer à des réunions officielles. Il doit aussi prononcer une allocution à Toronto et visiter des temples hindou et sikh à Vancouver et à Surrey, en Colombie-Britannique.

Le gouvernement Harper y voit un potentiel pour accroître les échanges entre les deux pays en matière d'éducation, d'énergie, de science et de technologie.

: Dix mots pour décrire l'Inde

Le premier ministre Modi est encore peu connu du public, selon ce qu'a révélé un sondage web de la firme Angus Reid réalisé la semaine dernière auprès de 1475 personnes. Une personne sur cinq a pu l'identifier sur une photo.

Ce sondage a aussi permis de constater qu'environ 70 % des répondants disaient avoir une opinion en général favorable de l'Inde et voir l'Inde comme une occasion de développement économique pour le Canada.

Aussi, 58 % des répondants disaient voir d'un bon oeil un éventuel accord de libre-échange entre le Canada et l'Inde.

Toutefois, 60 % d'entre eux s'opposaient à l'idée de voir le Canada aider l'Inde à développer son industrie nucléaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !