•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'économie canadienne sera moins vigoureuse avec la chute du pétrole, dit le FMI

Chaire de recherche sur les enjeux économiques des changements démographiques.
Chaire de recherche sur les enjeux économiques des changements démographiques.
La Presse canadienne

Le Fonds monétaire international a réduit ses perspectives concernant la croissance de l'économie canadienne.

Selon l'agence établie à Washington, la récente performance du Canada reste « solide », mais le risque vis-à-vis de sa croissance a augmenté avec l'importante chute du cours du pétrole brut, la faiblesse des investissements des entreprises dans le secteur de l'énergie et le ralentissement de la croissance du marché de l'emploi.

Les plus récentes projections du FMI misent sur une croissance économique de 2,2 % pour le Canada en 2015, ce qui représente une baisse par rapport à ses prévisions de janvier, qui visaient plutôt une croissance de 2,3 %.

Le Canada devrait faire mieux que le Japon et que les pays qui ont l'euro comme devise, mais les économies des États-Unis et du Royaume-Uni devraient être plus vigoureuses.

Dans son rapport publié mardi, le FMI calcule que l'économie américaine progressera de 3,1 % cette année, pendant que le produit intérieur brut du Royaume-Uni gagnera 2,7 %.

Selon l'agence, les 18 pays dont la devise est l'euro connaîtront dans l'ensemble une croissance de 1,5 % en 2015, en hausse par rapport aux prévisions de 1,2 % en janvier. Le fonds prévoit que l'économie japonaise va avancer de 1 % cette année, plutôt que de 0,6 %, tel que le FMI l'avait prévu au début de l'année.

La publication du nouveau rapport du FMI survient à la veille de la nouvelle décision de la Banque du Canada au sujet de son taux d'intérêt directeur, actuellement à 0,75 %.

Les ministres des Finances et les gouverneurs des banques centrales des pays du G20 seront réunis à Washington plus tard cette semaine pour des rencontres avec le FMI et la Banque mondiale.

Économie