•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un réseau de voitures électriques en libre-service d'ici un an à Montréal

Une voiture électrique à Vancouver.
Une voiture électrique à Vancouver. Photo: Saïda Ouchaou

La Ville de Montréal va de l'avant avec l'implantation d'un réseau de véhicules électriques en libre-service. Le maire Denis Coderre a annoncé mardi que l'administration souhaite doter la municipalité d'un parc d'environ 250 voitures du genre dès le printemps 2016, et de 750 autres d'ici cinq ans.

Un appel d'intérêt international visant à développer un modèle spécifiquement montréalais sera lancé en juin. Il sera suivi d'un appel de propositions pour le déploiement des véhicules et de bornes de recharge en octobre.

Tous les nouveaux véhicules électriques en libre-service seront munis d'une vignette universelle qui permettra à leurs conducteurs de se stationner dans toutes les zones résidentielles de la ville. Ils seront d'ailleurs les seuls à pouvoir obtenir de telles vignettes.

« La voiture, elle va être électrique », a assuré le maire Coderre en conférence de presse.

Vous voulez investir à Montréal, bravo. Il y a des gens qui y ont mis leur cœur et qui sont en mission, comme Communauto, bravo. Mais je vous dis que l'avenir de Montréal passe par l'électrification.

Denis Coderre, maire de Montréal

« Et moi, mon rôle, ma responsabilité au niveau du domaine public, c'est de créer l'environnement propice pour qu'on puisse assumer pleinement cette électrification », a-t-il poursuivi.

L'administration Coderre présente son projet comme une façon d'atteindre son objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 30 % par rapport au niveau de 190 d'ici 2020. Elle y voit aussi une façon d'élargir l'accès à des bornes électriques pour les Montréalais. 

On ne sait cependant pas pour l'heure si la Ville retiendra une seule ou plusieurs entreprises pour la mise en oeuvre du projet. Le maire Coderre dit qu'aucune décision n'a été prise à ce sujet. 

Projet Montréal craint que des entreprises qui ont déjà des véhicules électriques à Montréal, comme Communauto, soient écartées au terme du processus en cours pour favoriser l'entreprise française Bolloré, qui est déjà bien implantée à Paris, et avec laquelle le maire Coderre a déjà eu des discussions.

« Dans ce cas-là, on sait que les coûts vont grimper pour les consommateurs. Le coût de l'utilisation des véhicules en libre usage à Paris est le double de ce qu'il est ici », a commenté, Alex Norris, porte-parole du parti en matière de gouvernance et de transparence.

Communauto se dit pour sa part intéressée par le projet de la Ville, mais s'interroge sur les manières de procéder de la Ville.

Société