•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Alberta, un chef de file dans la lutte contre les changements climatiques?

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Jim Prentice, lors de son déplacement à Calgary le 10 avril

Jim Prentice, lors de son déplacement à Calgary le 10 avril

Photo : La Presse canadienne / Larry MacDougal

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le premier ministre de l'Alberta Jim Prentice soutient que sa province a montré la voie et continuera de le faire dans la lutte contre les changements climatiques. Est-ce réellement le cas?

Un texte de Denis-Martin ChabotTwitterCourriel

Cette province continuera de mener, comme elle le fait déjà, la lutte contre les changements climatiques.

Jim Prentice, premier ministre de l'Alberta

Vérification faite : même si cette province a été la première à taxer les émissions de gaz à effet de serre (GES), selon les plus récentes données, c'est faux.

Le dernier rapport d'Environnement Canada démontre que les émissions de GES de l'Alberta étaient de presque 250 millions de tonnes en 2012, en grande partie en raison de sa production de sables bitumineux.

C'est une hausse de 7,5 % par rapport à 2005, mais surtout une hausse de 47 % comparativement à 1990, l'année de référence du protocole de Kyoto, dont le gouvernement de Stephen Harper s'est retiré.

En fait, l'Alberta produit plus de GES à elle seule que l'Ontario et le Québec réunis.

Pour voir le tableau sur les émissions de GES par province sur votre appareil mobile, cliquez ici. (Nouvelle fenêtre)

C'est la Saskatchewan qui en produit le plus par personne, avec presque 69 tonnes par habitant, contre 64 en Alberta et moins de 10 tonnes au Québec.

Dans l'ensemble du pays, les émissions de gaz à effet de serre étaient de 699 millions de tonnes en 2012, soit à peine 2 millions de tonnes de moins que l'année précédente et 100 millions de tonnes de plus qu'en 1990.

Les experts s'entendent pour dire que le Canada n'atteindra même pas le nouvel objectif, établi par Stephen Harper, de réduire ses émissions à 607 millions de tonnes en 2020.

Pour voir le tableau sur les émissions de GES au Canada de 1990 à 2012 sur votre appareil mobile, cliquez ici. (Nouvelle fenêtre)

Épreuves des faits

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !