•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ministre Blais chahuté par des étudiants de l'Université Laval 

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Le ministre Blais a été chahuté par des manifestants.

Le ministre Blais a été chahuté par des manifestants.

Photo : Facebook

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les étudiants de l'Université Laval qui ont perturbé le repas du ministre de l'Éducation François Blais, hier, dans un restaurant de Québec n'ont pas dit leur dernier mot. Ils entendent poser d'autres « gestes symboliques » à l'endroit du ministre.

Six étudiants de la Faculté des sciences sociales ont interpellé avec un porte-voix le ministre de l'Éducation, alors qu'il était attablé au restaurant Les 3 Brasseurs sur Grande Allée. Ils ont voulu rappeler à François Blais qu'à l'époque où il était professeur en science politique, il était favorable à la gratuité scolaire.

« Pendant sa course au rectorat, il était en faveur d'un revenu minimum garanti, il a défendu la gratuité scolaire à plusieurs reprises », explique Pierre-Élie Hupé qui intervient dans la vidéo.

On trouve ça déplorable qu'il soit passé de l'autre côté d'un point de vue idéologique.

Pierre-Élie Hupé, étudiant à la maîtrise en sociologie 

Les étudiants ont voulu poser un geste public pour rappeler à tous que les positions du ministre avaient changé. « On trouve que son ton est rendu méprisant, paternaliste, alors qu'en 2012 c'était facile de parler avec lui. »

Pierre-Élie Hupé ajoute que d'autres actions seront entreprises envers le ministre de l'Éducation. « Il va y avoir encore des actions symboliques qui vont être portées à l'égard de monsieur Blais », dit-il.

Intimidation envers le ministre de l'Éducation ?

Questionné à la sortie du caucus libéral ce matin, le ministre a réagi brièvement en affirmant qu'il « préfère toujours, en politique, l'argumentation à l'intimidation. »

François Blais a refusé de commenter l'aspect de sa sécurité qui pourrait être rehaussée en raison des manifestations étudiantes. « Je ne fais pas de commentaires là-dessus, pour des raisons de sécurité », a-t-il laissé tomber.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !