•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De l’eau d’érable dans les tubulures

Le tramway 356 qui a roulé pendant plus de 45 ans est au Musée ferroviaire de Winnipeg.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le soleil brille depuis deux jours, le mercure monte et les érables se dégourdissent enfin. Les acériculteurs du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie viennent de commencer à entailler et l’eau coule à flots deux semaines en retard.

Les 628 producteurs du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie, dont la moitié se trouve au Témiscouata, sont donc au travail après le temps froid.

« C’est assez tard merci, mais on espère au moins une saison dans la moyenne, pas une saison exceptionnelle comme l’année dernière, la température était avec nous l’année dernière », lance Sylvie Laliberté, la présidente du Syndicat des producteurs acéricoles du Bas-Saint-Laurent-Gaspésie.

Le scénario météorologique 2015 rappelle celui de 2014 où les acériculteurs avaient connu leur deuxième meilleure récolte depuis 1985, mais rien n’est assuré cette année, surtout si le mercure ne descend pas un peu. L’idéal est une série de journées où la température descend sous zéro la nuit et se trouve au-dessus de zéro le jour.

En 2015,  les acériculteurs du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie ont produit plus de 25 millions de livres de sirop d'érable alors que la moyenne avoisine généralement 20 millions de livres.

« Des températures comme aujourd'hui, les érables ne pourront pas les prendre plus le mois d’avril va avancer. Aujourd'hui, ils les prennent parce que les pieds d'arbres sont encore recouverts de neige et on a encore de la neige au sol. L'hiver a été froid donc les bourgeons ne sont pas encore réveillés », explique Mme Laliberté.

Pour le moment, l'eau d'érable circule dans les kilomètres de tubulures. Les acériculteurs sont à pied d'oeuvre dans les cabanes à sucre et les gigantesques bouilloires sont en fonction.

Le Québec est le plus grand producteur mondial de sirop d’érable. La province produit 71 % de toute la production mondiale.

À lire aussi :

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec