•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
La couverture de « Kamouraska » d'Anne Hébert

La couverture de « Kamouraska » d'Anne Hébert

Photo : Seuil/Collection Points, grands romans

Radio-Canada

Anne Hébert
Seuil

Le temps d'une nuit funèbre, Elisabeth d'Aulnières ressasse ses joies et son amertume dans une narration aux accents oniriques et cauchemardesques. Elle a été mariée à Antoine Tassy, titulaire de la seigneurie de Kamouraska. Un mariage mauvais, empreint de haine et de violence. Survient alors un beau ténébreux, le Dr Nelson. Cet amour va les absorber tous deux, jusqu'à l'inévitable : le meurtre d'Antoine Tassy. D'où la course folle d'un traîneau tiré par un cheval noir dans le froid de l'hiver, image récurrente, entêtante et désespérée d'un amour qui a besoin de semer la mort pour s'abreuver d'espoir. Par des glissements temporels et narratifs savamment orchestrés, Anne Hébert construit un roman obsédant, poétique et hallucinant, inspiré d'un fait réel. Classique de la littérature québécoise, Kamouraska a été traduit en sept langues et adapté au cinéma par Claude Jutra en 1973. En France, le roman a reçu le Prix du livre de Paris et le Prix des libraires en 1971.

EXTRAIT

Nos ombres énormes sur le mur, distantes l'une de l'autre. Une sorte de désert se creusant entre nous. Le silence. Le vide. Georges s'éloigne de moi à nouveau. Comment faire pour le rejoindre? Je suis encombrée. Surchargée. Ligotée. Prisonnière de la rue Augusta et de la ville de Sorel. Me libérer. Retrouver l'enfance libre et forte en moi. La petite fille aux cheveux tondus s'échappant de la maison par une fenêtre. Pour rejoindre les gamins de Sorel. Que faut-il faire? Docteur Nelson, que faut-il faire? Dites seulement une parole et je vous obéirai. Dois-je à nouveau sacrifier ma chevelure? Laisser derrière moi mes enfants et ma maison? Hors de ce monde, si vous le désirez. C'est là que je vous donne rendez-vous. Telle qu'en moi-même, absolue et libre. Étrangère à tout ce qui n'est pas vous.

Extrait de « Kamouraska » d'Anne Hébert

Catherine Mercier, l'animatrice de « La semaine verte » sur ICI Radio-Canada télé.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Catherine Mercier, l'animatrice de « La semaine verte » sur ICI Radio-Canada télé.

Photo : Radio-Canada

Ce livre a été suggéré par :

Catherine Mercier
LA SEMAINE VERTE
ICI RADIO-CANADA TÉLÉ
Samedi 17 h

Lire Kamouraska, c'est être transporté dans un autre espace-temps : le grand manoir, les berges du fleuve, le chuchotement des femmes... La plume haletante, syncopée d'Anne Hébert nous plonge avec l'héroïne dans un tourbillon de souvenirs où se mêlent passion, fureur, folie. Il y a là quelque chose des romans russes : des personnages prisonniers de leur destin, tissant eux-mêmes les fils de la toile qui les étouffera. Avec en filigrane ce froid, cette nature spectatrice de la chute, ces distances qui n'en finissent plus. Adolescente, j'ai tout de suite eu un coup de coeur pour cette histoire campée dans mon Bas-du-Fleuve natal... Puissiez-vous lire avec autant de bonheur que moi cette poésie immense de violence et d'amour!

Livres

Arts