•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Chargement de l’image

La couverture d' « Un simple soldat » de Marcel Dubé

Photo : Typo

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Marcel Dubé
Typo

Classique de la dramaturgie québécoise, Un simple soldat a été écrit et présenté à la télévision en 1957, puis au théâtre l'année suivante. La pièce raconte l'histoire de Joseph Latour, soldat démobilisé avant d'avoir pu combattre à la Seconde Guerre mondiale, qui retrouve une famille désunie qui vivote dans un Québec pauvre et asservi. Révolté, rejetant l'ordre familial et social, Joseph préfère l'aventure, au risque de se retrouver au chômage et de se faire renvoyer de la maison par son père. Il finit par se réengager dans l'armée et part donc pour la Corée où il trouve la mort. Pièce phare d'une époque (de 1945 à 1952), livrant le mal de vivre d'un peuple tout entier à l'aube de la Révolution tranquille, Un simple soldat fait partie du vaste répertoire de Marcel Dubé, un des auteurs dramatiques les plus prolifiques du Québec.


EXTRAIT

« JOSEPH : J'étais contre la conscription, Émile, parce que le Québec avait voté contre le plébiscite. Puis après, quand je me suis enrôlé, c'est pas pour le roi d'Angleterre que je serais allé ma battre, c'est pour moi-même, pour moi tout seul. Mais depuis que je suis haut comme ça, je sais pas ce qui joue contre moi, je réussis jamais rien.

ÉMILE : Un gars comme toi, Joseph, un gars qui gagne sa vie comme soldat, un gars qui tue du monde par métier, on appelle ça un mercenaire.

JOSEPH : Fais-moi rire avec tes grands mots. Moi, je savais ce que je voulais, c'est tout! Ah! Puis je me sacre de tout ça maintenant, je vis au jour le jour et puis je me sacre de tout le monde. Ce soir, je m'amuse, Émile, et puis j'aime autant plus penser à rien. »

— Une citation de  Extrait de Un simple soldat de Marcel Dubé

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Joël Le Bigot, l'animateur de « Samedi et rien d'autre » sur ICI Radio-Canada Première

Photo : Radio-Canada

Ce livre a été suggéré par :

Joël Le Bigot
SAMEDI ET RIEN D'AUTRE
ICI RADIO-CANADA PREMIÈRE
Samedi 7 h


C'est un morceau de notre histoire que j'ai découvert alors que j'avais 14 ou 15 ans, en direct, à la télévision. À l'époque, les pièces de théâtre étaient jouées en direct pour la télévision. Je me souviens de la prestation mémorable de Gilles Pelletier en simple soldat, ce gars issu d'une famille ordinaire sans grande ambition, qui va à la guerre en espérant devenir quelqu'un, mais arrive trop tard, puis se révolte contre sa famille et sa société fermées, finissant par mourir à la guerre de Corée. Son histoire est une image désespérante et désespérée de la société québécoise de l'époque, dans sa médiocrité, sa sclérose. Dubé décrit la société petite-bourgeoise canadienne-française qu'il connaît, se faisant le témoin privilégié d'une époque précédant la Révolution tranquille, une époque où il n'y avait pas d'espoir pour la société québécoise.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !