•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le courant passe entre Hydro-Québec et l'Ontario

Le reportage de Michel Marsolais
Radio-Canada

Alors que le Sommet de Québec sur les changements climatiques débute mardi, l'Ontario et le Québec semblent se trouver de plus en plus d'atomes crochus en matière d'énergie.

Un texte de Michel MarsolaisTwitterCourriel

L'Ontario doit annoncer lundi son adhésion au marché du carbone, déjà en vigueur au Québec, et pourrait augmenter de façon importante ses achats d'électricité québécoise plutôt que de continuer à miser sur l'énergie nucléaire.

Une option gagnant-gagnant qui rapporterait des milliards de dollars, selon un panel d'experts invité par HEC Montréal. « Le moment est venu de penser la façon dont les provinces interagissent, y compris dans le domaine de l'énergie et principalement de l'électricité », pense Gaétan Caron, de l'Université de Calgary et ex-président de l'Office national de l'énergie.

Le moment est en effet bien choisi. L'Ontario cherche à réduire l'impact de ses centrales au gaz (environ le quart de sa production électrique) et doit investir des milliards de dollars pour mettre à niveau certaines centrales nucléaires, dont celle de Darlington.

« C'est potentiellement un moment historique », pense aussi Mark Windfield, codirecteur de la Sustainable Energy Initiative de l'Université York.

Acheter l'électricité québécoise coûterait moins cher à l'Ontario que d'investir dans le nucléaire. Hydro-Québec obtiendrait pour sa part un meilleur prix que les 3 ou 4 ¢ du kWh qu'elle obtient pour desservir le Nord-est américain.

« Cela réduirait la facture d'électricité des Ontariens de 14 milliards de dollars sur 20 ans et ferait gagner 14 milliards au Québec sur la même période », calcule Jack Gibbons, directeur d'Ontario Clean Air Alliance.

Lobby du nucléaire

Le lobby du nucléaire ontarien n'a sans doute pas dit son dernier mot. « C'est un groupe d'intérêt très puissant. Ils feront tout ce qui est possible pour éviter une entente entre les premiers ministres de l'Ontario et du Québec. »

« Si nous nous engageons dans la réfection des centrales nucléaires, nous serons engagés dans cette voie pour 30 ou 40 ans », admet aussi Mark Windfield.

La dimension « nationaliste » dans le secteur de l'énergie pourrait aussi se faire sentir. Le Québec et l'Ontario ont toujours voulu être indépendants sur le plan énergétique. On pourrait devoir revoir la mission d'Hydro-Québec pour lui permettre de signer des contrats d'approvisionnement à long terme avec l'Ontario.

« Politiquement, on pourrait avoir l'impression qu'Hydro-Québec se met au service de l'Ontario, alors que pour beaucoup de personnes Hydro-Québec doit-être avant tout au service des Québécois en vendant au plus bas prix aux Québécois », dit Pierre-Olivier Pineau, titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l'énergie à HEC Montréal.

Une meilleure intégration des réseaux électriques du Québec et de l'Ontario aurait certes des avantages environnementaux, mais ne changera pas à court terme le portrait des émissions de gaz à effets de serre au Canada.

Si l'exploitation des sables bitumineux albertains continue à ce rythme, elle annulera les réductions d'émissions des autres provinces.

Économie