•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Procès pour incitation à la haine

Jean-Michel Rioux

Jean-Michel Rioux

Photo : Ici Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Jean-Michel Rioux, 31 ans, de l'arrondissement de Jonquière, a subi son procès vendredi après-midi sous des accusations d'incitation publique à la haine et de menace de mort contre une communauté ethnique.

L'homme avait écrit des propos haineux sur la page Facebook de TVA le 26 octobre dernier, à la suite de l'assassinat de deux militaires canadiens par des terroristes.

Dans son premier commentaire, Jean-Michel Rioux écrivait : « J'ai tu assez hâte d'avoir mon permis de chasse pour leur mettre la tête sur mon hood de truck! ». Il ajoutait ensuite : « On va exterminer votre sous-race. Merci, bonsoir ». Les propos ont suscité l'indignation de nombreux internautes.

L'avocat de la défense, Julien Boulianne, est formel, Jean-Michel Rioux a lancé des paroles en l'air.

« Lorsque monsieur est rencontré par les policiers, il leur dit qu'il ne sait même pas de qui de façon précise il parlait, c'était une étourderie. Monsieur n'avait aucune intention criminelle derrière les propos qu'il a tenus. »

Le procureur aux poursuites criminelles et pénales, Sébastien Vallée, affirme au contraire que dans le contexte public d'une page Facebook, Jean-Michel Rioux savait très bien ce qu'il faisait.

« Ses propos sont assez clairs sur qui il ciblait. On ne discutait pas de formule 1, pas de hockey, on discutait très spécifiquement de cette réalité-là et de la tragédie qui a suivi. »

La juge Johanne Roy, qui a révélé traiter pour la première fois en 15 ans une affaire d'incitation publique à la haine, rendra son jugement le 14 octobre.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.