•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une guérison qui passe par la culture pour une femme autochtone

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Krista Shore devant la maison où sa mère a été tuée.

Krista Shore devant la maison où sa mère a été tuée.

Photo : CBC/Ntawnis Piapot

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Réginoise Krista Shore croit que les femmes autochtones doivent renouer avec leur culture pour améliorer leur vie. C'est ainsi qu'elle a pu surmonter les traumatismes vécus dans son enfance.

Personne ne voulait me dire ce qui était arrivé à ma mère. [...] C'était horrible. Il n'y avait que du sang et le corps de ma mère complètement couvert de sang.

Krista Shore
Krista Shore et sa grand-mère discutent avec les policiers le jour où sa mère a été tuée en 1996. (Archives)Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Krista Shore et sa grand-mère discutent avec les policiers le jour où sa mère a été tuée en 1996. (Archives)

Photo : Radio-Canada

La femme autochtone avait seulement 12 ans lorsque sa mère a été retrouvée assassinée par l'oncle de la jeune fille. Krista Shore se souvient très bien de cette journée où elle a appris la nouvelle et s'est précipité sur les lieux du crime pour découvrir le corps ensanglanté de sa mère.

Sa mère était âgée de 39 ans au moment de son décès et elle était une femme généreuse et altruiste. Sa mort a plongé la jeune fille dans ce qu'elle appelle un abysse.

J'étais une fille de 12 ans qui écrivait la notice nécrologique de ma mère et qui préparait les funérailles. C'était très dur.

Krista Shore
Krista Shore veut être un modèle pour ses filles Arayah, 5 ans, et Sequoia, 4 ans.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Krista Shore veut être un modèle pour ses filles Arayah, 5 ans, et Sequoia, 4 ans.

Photo : CBC/Ntawnis Piapot

Au cours des 12 années suivantes, Krista Shore dit être tombé dans un mode de vie malsain où elle était en contact avec l'alcool, les drogues et les gangs de rue. C'est finalement à 24 ans qu'elle a décidé de se prendre en main lorsque ses deux enfants les plus âgés ont été pris en charge par les services sociaux. Maintenant âgée de 32 ans, la Réginoise est sobre depuis les sept dernières années et a eu deux autres enfants.

Se prendre en main

Selon Krista Shore, renouer avec sa culture et assumer son rôle de mère lui a permis d'améliorer sa vie.

C'est un défi et un honneur dans ma vie d'être un modèle pour montrer comment bien vivre à mes jeunes enfants afin qu'ils ne soient pas vulnérables.

Krista Shore

Elle a mis sur pied un groupe d'entraide pour femmes dans le quartier North Central de Regina nommé « Circle of Courage. » Le groupe, mis sur pied il y a quatre ans, veut aider les femmes autochtones à risque par la culture.

Krista Shore affirme que le problème des femmes autochtones disparues et assassinées l'a affecté dans tous les aspects de sa vie. Pour elle, raconter son histoire est une forme de cure qui aide à cicatriser ses blessures.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !