•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Plan Nord qui suscite l’espoir

Le premier ministre Philippe Couilllard.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Radio-Canada

Malgré un contexte économique difficile et une cure minceur, la nouvelle mouture du Plan Nord suscite de l'espoir dans la région.

Plusieurs intervenants, dont le maire de Saguenay, estiment que le Plan Nord est mieux organisé et plus réaliste. Ils espèrent profiter de ses retombées.

« On est content qu'il y ait un signal définitif à l'effet qu'on redémarre ce projet, souligne Jean Tremblay. J'étais déçu qu'il n'y ait pas de nominations régionales. Je me disais : le premier ministre est là, mais là, il vient d'annoncer qu'il va y en avoir une. Donc, les affaires se tassent. »

Selon le directeur général des Constructions Proco, Jean-Denis Toupin, le gouvernement doit tout mettre en oeuvre pour attirer les investisseurs étrangers au Québec.

« Les prix des métaux et des minerais sont les mêmes partout sur la planète, rappelle-t-il. L'offre qu'on a à faire, il faut qu'elle soit concurrentielle et attrayante. Ça veut dire qu'il faut qu'il y ait une stabilité dans la province et que les investisseurs qui viennent ici, qu'ils soient confiants de ce qu'ils vont avoir en retour. »

Dans sa nouvelle mouture, le gouvernement du Québec a pris soin d'inclure les communautés autochtones dans le développement du Nord-du-Québec.

Le chef du conseil de bande de Mashteuiatsh croit d'ailleurs pouvoir profiter des investissements de Québec dans les routes et les écoles, même si sa communauté se situe à l'extérieur du Grand Nord.

« Mashteuiatsh est au coeur du Piekouagami, qui est une plaque tournante pour permettre le développement du Nord, d'autant plus que le plein nord touche le tiers de notre territoire ancestral », souligne Gilbert Dominique.

L'associé principal de la firme Strategeum, Philippe Brisson, mentionne que le nouveau Plan Nord est mieux adapté au contexte actuel.

Il déplore toutefois le manque de place accordée à la foresterie, alors que seule la biomasse est mise en valeur.

« L'industrie forestière, particulièrement pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean, il y a des problématiques qui datent de plusieurs années, affirme M. Brisson. Il n'y a pas eu de plan de relance comme on a pu en voir en Ontario avec l'automobile. C'est manquant. »

Il croit que le Plan Nord pourrait être l'outil nécessaire à la relance de l'industrie forestière.

Saguenay–Lac-St-Jean

Économie